Blog d'opinion, politique, culture, sur tous les fronts...

  • : CIXI-HELENE Impératrice d'Aix en Provence
  • CIXI-HELENE Impératrice d'Aix en Provence
  • : 14/03/2008

Texte Libre

Suivez-moi sur Facebook, Cixi-Hélène, Twitter, @Cixi_Helene

dernières Infos, sortir

Bonnes vacances de Pâques à tous !

 

Festival de SALSA Dock des Suds à Marseille du 19 au 20 avril 

salsa-copie-1.jpg

 

 

Sorties Aix agenda avril mai 2014 

 

-----pav-noir.jpgPAVILLON NOIR 

 

 

 

----- 16048207theatre-du-jeu-de-paume Théâtre du Jeu de Paume :

 

CENDRILLON de Joël Pommerat du 13 au 17 mai 20h30 sauf mercredi

cendrillonune3.jpg


 

-----aix-en-provence-grand-theatre-de-provenceGrand Théâtre de Provence :

 

La grande violoniste ANNE-SOPHIE MUTTER  le 15 mai 20h30

asmutter.jpg

---------    

 

 

Sorties Marseille agenda avril mai 2014

 

 

-----lA CRIEEéjpgThéâtre de La Criée : pour cause d'amiante trouvé dans la cage de scène, les représentations auront lieu à La Friche Belle de Mai à 20h30 au lieu de 20h ou à l'Auditorium du Parc Chanot ou au Silo.

 

LA TRAVERSEE AUX DISPARUS création et mise en scène de Eva Doumbia du 5 au 7 mai 19h (durée 4h ! avec entractes) petite salle de La Criée

TRAVERSEEAUXDISPARUS.jpg

 

 

-----theatre-du-gymnase-1368539733-28130Théâtre du Gymnase :

 

THOMAS DE POURQUERY  'Supersonic' , jazz, le 6 mai à 20h30

supersonicune.jpg

 

 


-----bernardinesThéâtre des Bernardines 

-----silojpg-copie-1.jpgLe Silo : Programmation 2014

 

____________________

 

Et danser dans les rues d'Aix sur Pharrel Williams , 'Happy Aix-en-Provence' de Nicolas Capus/Mars Production

Messages permanents

Le modérateur est mis ou retiré selon la teneur des articles. Ceux qui seraient dégradants, insultants sont immédiatement retirés ou non publiés.

- Petit marché minable, au sujet du pillage par le journal La Provence édition Pays d'Aix (Nicolas Rey rédacteur en chef) par Romain Capdepon de mon article exclusif sur André-Pierre Gignac (qui a fait le tour  des médias européens en quelques heures jusqu'au plateau de Canal+ le soir même info relayée au nom du journal La Provence), le directeur de publication, Philippe Minard, a été contacté par lettre en AR mais n'a pas daigné me répondre... Je n'hésiterai pas à donner toutes suites prévues par la loi à la moindre récidive.- La Cour de cassation vient de défendre les droits de libertés de la presse aux blogs, mêmes anonymes, Article sur le site RUE 89.

- Message permanent pour des raisons juridiques en cours : Je remercie chaleureusement tous ceux qui m'ont soutenue pour la tempète provoquée par l'article 'Trets, les Féraud, et la secte Soka Gakkai" , mails et commentaires sur ce blog. Merci entre autres aux big boss nationaux Jacques Rosselin  Alexandre Piquart (Le Monde). Le maire de Trets, Jean-Claude FERAUD, UMP, n'a jamais été inquiété ni même interrogé par la presse locale, bien trop peureuse de s'attaquer à la Soka Gakkai. L'article est un des plus lus quotidiennement dans le blog. Je remercie infiniment mon avocat et ami maître Benoît Petit pour son total investissement et son engagement sans faille dans cette affaire. Procès du 15.02 2013, au TGI de Paris (17eme chambre) décision du 29.03.13, je suis relaxée. Appel de la SG. Procès le 29.01.2014. Le 27.03. 2014 la Cour d'appel de Paris confirme la 1ere décision.

 Je remercie Marianne de m'avoir publiée ainsi qu'à l'équipe de Jacques Rosselin pour avoir sélectionné mon blog parmi les 100 meilleurs blogs féminins de France

 -Ce blog n'est pas anonyme. Mes coordonnées sont à disposition par l'intermédiaire d'Overblog, information importante pour ceux qui croiraient le contraire :)

Recommander

Mardi 1 avril 2014 2 01 /04 /Avr /2014 10:58

Les municipales 2014 sont bouclées. La gauche a perdu 155 villes de plus de 9000 habitants mais a raflé à l'UMP quand même trois villes, mais oui… Avignon, Douai et Ô miracle, Lourdes ! Chez nous la municipale s'est plutôt bien passée. Tranquille. L'UMP Maryse Joissains a remporté la mairie d'Aix avec un beau 52.61% de voix contre le pitoyable PS, Edouard Baldo, avec ses 36.49% et Catherine Rouvier, RBM, 10.89%. Petit rappel : En 2008 le PS Alexandre Medvedowsky au coude à coude avec Maryse Joissains (44.28%), cognait ses 42.94% à la porte de la mairie qui ne s'est pas ouverte, mais qui a failli. Il avait bénéficié des voix du dissident Michel Pezet (10.14%) qui s'était rallié, enfin qui avait fait semblant, mais le résultat était là.

Dixit Le Monde du 30 mars qui commente la réussite de Maryse Joissains : "La dénonciation de la métropole, "annexion d'Aix par Marseille", a été un de ses principaux thèmes de campagne face à un adversaire socialiste néophyte en élections". L'incapacité politique de l'investi PS, Edouard Baldo, n'a pas échappé aux pros de l'info. Mièvre campagne, pas même une bagarre entre avocats lors des débats pour nous faire au moins lever un de nos sourcils blasés. Pas même un petit trac salace tant les écarts étaient prononcés. Il y en a bien eu un, distribué par un colistier que je ne citerai pas, mais qui n'a pas pris. Même pas un feu de paille. Logique. Car les électeurs s'en fichent, ou baissent les bras. Ici on a l'habitude des élus condamnés, réélus, car tous ont tété ou tètent toujours sans scrupule au même biberon. Feuilleton sans fin, c'est notre Plus belle la vie locale. Bref, Une campagne sans intérêt où les dés non pipés étalaient déjà le résultat dès son lancer. Donc 42 sièges à pourvoir pour Maryse Joissains, 10 pour Edouard Baldo et 3 pour Catherine Rouvier.

Au sujet de ses sièges, on remarquera que l'élu Jacques Agopian tant montré du doigt se retrouve avoir presque réussi son coup. Chouchouté par ses incompétents pairs, il monte tranquillement les marches et devrait se trouver très vite à siéger au moindre désistement de ceux qui le précèdent. Noëlle Ciccolini (comment a-t-elle pu s'embarquer dans une telle galère !) tiendra-t-elle longtemps à ce siège ? Jean-Jacques Politano, président du Tribunal de commerce, a d'autres cas à fouetter, non ? Gaëlle Lenfant, Lucien-Alexandre Castronovo, eux, s'y accrocheront, ça c'est sûr, mais on peut se demander ce qu'ils apporteront comme nouvelle sève. Question. Pourquoi Jean-David Ciot a mis en 27ème place, donc difficilement éligible même avec de gros retraits, Pierre-Olivier Salles, son attaché parlementaire, seul colistier qui aurait pu apporter grâce à sa jeunesse, ses études et sa vive intelligence politique un nouveau souffle, une belle énergie ? Mystère…

Pour la plupart des élus de ce nouveau conseil municipal ce seront des retrouvailles, les Copains d'avant vont festoyer. Rien ne change. Les procédures en cours contre Maryse Joissains ? A mon avis cela ne changera pas grand-chose, qui ne pratique pas le népotisme ? L'élu orphelin misanthrope ? Et puis il y a les appels et cassations etc, bref, aucun problème. Huit ans de procédure pour le délictueux salaire d'Alain Joissains… Maryse Joissains a gardé en 2ème position, Gérard Bramoullé, d'ailleurs excellent aux finances, et à la cinquième place, Sophie, sa fille, qui assurera son relais en cours de mandat. Mais Sophie Joissains risque d'attendre longtemps l'abdication de sa mère, si elle la désire. Regardez Elizabeth d'Angleterre, son fils le prince Charles se lyophilise depuis 66 ans !

Maryse Joissains est réélue par manque de guerre. Encore fallait-il vouloir et pouvoir prendre la forteresse des Joissains. Quels sont les guerriers aptes ? Qui sont-ils ? Où sont-ils ? Comment la gauche aixoise présente à cette municipale, qui profite toujours du réseau guérinien et de ses avantages, a pu élire à la primaire un inconnu inapte, pauvre marionnette pathétique mais faisant partie du giron du barreau local, allant jusqu'à refuser la fusion avec François-Xavier de Peretti ! Elle peut être certaine d'être la parfaite représentation d'une époque révolue avec une image de militants, bornés, frustes, médiocres, étriqués, primaires et sans projection. De nos jours, comment l'esprit de parti peut-il encore perdurer, il n'a plus de sens et altère les jugements. Le plus insupportable, c'est de les entendre dire après la déculottée des urnes aixoises, 'François Hollande nous a tués ! Allez, on se reprend, unissons-nous, on va gagner la prochaine fois…' Poisson d'avril !


                                                     aix-2014-municipale-2emetour m

 

Par Cixi-Hélène - Publié dans : Aix municipale 2014
Ecrire un commentaire - Voir les 38 commentaires
Jeudi 27 mars 2014 4 27 /03 /Mars /2014 14:10

Quand on est arrivé en tête dans 88 bureaux sur 90, on peut regarder ses adversaires avec une certaine délectation condescendante. Comme prévu, Maryse Joissains a pulvérisé les têtes de listes avec 37.79 % de voix, suivie en débandade derrière elle par Edouard Baldo, PS, 19.65%, Bruno Genzana, (DVD), 11.32%, Catherine Rouvier, RBM (ou FN), 10.42% et un surprenant 8.10% pour François-Xavier de Peretti, DVC. Les piteux 19.65% d'Edouard Baldo ne sont pas issus uniquement du mécontentement national. L'homme n'a aucune étoffe politique, aucune conscience politique, aucune stratégie politique, un parachuté in extremis par manque de candidat de gauche on ne sait pourquoi. C'est un laborieux, il n'y a qu'à l'observer, l'écouter pour s'en rendre compte. De tempérament borné et indécis, il adopte depuis le début de campagne une attitude de navigation à vue car inapte à déléguer ou écouter des conseillers aguerris, s'il y en a auprès de lui ce dont je doute fort. Amateurisme ou vieille école qui n'agit plus. Hey ! Les vétérans ! On est en 2014 ! Car Edouard Baldo sait très bien qu'il n'est pas compétent pour la place briguée qu'on lui a imposée à 'l'insu de son plein gré'. Mais jeter l'éponge aurait quand même été assez mal vu dans la grande famille du barreau à laquelle il appartient. Et il y tient. Pour une fois qu'il pouvait s'illustrer ! Mais aujourd'hui, il a enfin un prétexte pour se retirer avec de faux honneurs. Ensuite, il répétera inlassablement que c'est le désatreux contexte national qui lui a fait perdre la mairie, ce qui est faux. Il en est totalement responsable. Après le désistement de Bruno Genzana, pour le jeu des alliances du second tour, refuser la fusion avec François-Xavier de Peretti est une aberration politique ! Comment peut-il oser dire qu'il l'a refusée à cause de la mise en examen d'Alexandre Medvedowsky alors qu'il discute de cette mise en examen avec son référent légitime, son principal soutien qui intervient à tous ses meetings, le député du Pays d'Aix, Jean-David Ciot, lui-même mis en examen mais lui pour recel et détournement de fonds public ! Et que fait-il de Jacques Agopian, 6ème sur sa liste, déjà condamné ? Il se fiche de qui avec son étendard de l''Ethique' ? De personne. Il ne veut pas y aller..., 'un point c'est tout', expression récurente dans ses réponses. Il lui faut un prétexte, et le prétexte est tout trouvé.

Lors du débat sur LCM, mercredi 26 mars, Edouard Baldo est saisissant d'amateurisme, d'inconstance, de fébrilité. Trois avocats candidats à la mairie d'Aix présents sur le plateau pour débattre. Maryse Joissains, Catherine Rouvier et Edouard Baldo. On peut prétendre à une certaine dextérité rhétorique engrangée par de nombreuses années de pratique à la barre. Il ne cessera, pendant cette heure de présence et à chaque intervention de ses adversaires ou aux questions des journalistes, à occuper ses mains, écrire on ne sait quoi, barrer, raturer, consulter ses feuilles, toucher sa veste, bouger ses épaules, preuve d'une mauvaise maîtrise, peur de l'affrontement car il ne connait pas le fond des problèmes évoqués. Ses deux adversaires féminines, elles, sont bien plus à l'aise que lui. Catherine Rouvier, coiffure négligée, calme et sûre d'elle, déjà plus moderne a un Ipad qu'elle consultera une fois à la fin du débat. Quant à  Maryse Joissains, pff… aucun besoin de fiches ! Son cerveau fonctionne à plein rendement avec une incroyable mémoire vive dotée d'un processeur sans cesse alimenté. Elle canardera sur ce politique-amateur (qu'elle a connu lors de ses études) des réponses scud avec la dévorante aisance du grand animal politique déjà rassasié. Elle ne se départira jamais d'un sourire narquois, parfois même, une sorte de pitié navrée en regardant Edouard Baldo se dépatouiller lamentablement comme un mauvais étudiant de l'IEP.

Sur la métropole, sujet totalement maîtrisé par elle, Edouard Baldo, qui est pour, invoquera l'économie mondiale, l'Europe, l'Afrique, en lisant ses fiches et en tentant de terminer sur une phrase qui devrait cogner mais qui, assenée avec une tel manque de conviction, fait éclater de rire. "Nous avons les capacités à être une véritable locomotive !" Qui ? Le PS ? Lui Edouard Baldo ? Maryse Joissains affiche un sourire de plus en plus radieux. Elle déguste savoureusement l'amateurisme étalé de son pseudo adversaire politique avec son minable et logique 19.65%. Cet homme a travaillé avec Badinter ? Sérieusement ? A la photocopieuse ? 

Au sujet de la charte Anticor qu'il a signé et si François-Xavier de Peretti dit la vérité dans son communiqué de presse, Baldo ment quand il dit ne pas pouvoir fusionner avec lui à cause d'Alexandre Medvedowsky mis en examen car l'article 7 de la charte demande seulement de retirer la délégation de l'élu mis en examen. "Le candidat signataire s'engage à suspendre les fonctions exécutives et les délégations d'un élu mis en examen", ce qui est logique. Dans une période de campagne, on peut avoir une mise en examen lors d'une enquête.  Personne n'est à l'abri. Car Alexandre Medvedowsky alors témoin assisté dans le cadre de l'enquête du juge Duchaîne sur Jean-Noël Guérini, en tant que président de l'Arbois, a été mis en examen sur des avenants pour des marchés publics passés par l'Europôle de l'Arbois. Que je sache, cet homme n'a jamais été condamné ! On est loin de la mise en examen de Jean-David Ciot impliqué dans un recel de détournements de fonds public ! Dans la vidéo-débat d'LCM, Edouard Baldo répond à la journaliste d'Anonymal qui s'étonne de son refus à fusionner avec FXDP. Ce dernier a fait un communiqué de presse relatant chronologiquement et dans les détails les multiples tractations infructueuses avec EB. Il démontre qu'Edouard Baldo était au courant la veille du dépôt des listes du retrait envisagé de A.M. Edouard Baldo donne à la journaliste son incroyable explication à grands renforts de tics fébriles :

(…) Notre conseiller général Alexandre Medvedowsky, j'avais rendez-vous à 15h à la préfecture, je suis arrivé le dernier pour déposer ma liste et c'est à 14h30 qu'on a appris, quand on était sur le chemin de la sous-préfecture, que (petit gloussement) 'il' était d'accord finalement pour ne plus être candidat, c'est dommage, trois heures avant, quatre heures avant c'était plus facile et je n'ai pas pu rencontrer Monsieur de Peretti qui n'était pas disponible et… "- " il vous restait trois heures quand même !"- "Oui mais on pouvait pas. Quand vous y êtes à 15h il faut ensuite faire faire les listes, les envoyer à l'imprimerie etc, enfin tout le monde connaît ici, on est trois à connaître ce genre de choses, on était dernier carat 15h, donc voilà on ne peut plus, c'est tout."

Et il s'enferre. Ne veut rien reconnaître de son incapacité au rassemblement. Edouard Baldo estime ne pas avoir de responsabilité sur ce manque de report de 8% : "les Aixois sont des électeurs, les électeurs vont venir voter, ils ont un choix en trois parties, c'est tout, ils assumeront leur choix, un point c'est tout, moi je pense que personne n'est propriétaire de ses voix, personne, ni les uns, ni les autres ni Mme Joissains, ni Mme Rouvier, ni moi-même, on n'est pas propriétaires de nos voix, les électeurs (sa voix tremblote) dans l'isoloir font très exactement ce qu'ils veulent, et bien ils prendront leur responsabilité. Il ne fera que répéter ces phrases vides de sens comme excuse aux journalistes qui s'étonnent et reprendront son étrange perception de la responsabilité. 

Six ans de perdus. Ces manques d'intelligence, d'inconscience politique sont un véritable sabordage pour les électeurs de gauche qui se retrouvent encore plus démunis. Ce matin, le PRG, Jean-Luc Mélenchon, invité chez Leymergie, disait. "Le PS préfère voir passer la droite plutôt que de s'allier avec nous. Sectarisme". Edouard Baldo a choisi. Il a choisi la facilité. La fuite. Cet homme n'aurait jamais dû être adoubé par ses pairs. Il n'y a qu'à le regarder pour se rendre compte de son incapacité, aucune trempe politique. Il a peut-être essayé et encore. Plutôt que d'être constamment sur le terrain, il a passé la plupart de son temps dans son petit bureau de permanence à recevoir toute la journée ceux qui venaient demander quelque chose comme les malins petits jeunes de quartiers. Ca le rassurait. Il était quelque part dans son cabinet d'avocat. La dynamique en action ? Aix en dynamite oui ! L'homme qui fuit a peur de la fusion, normal, l'arme nucléaire, c'est Maryse Joissains qui la détient. Et si je puis dire, bravo à elle ! 

 

                        Lien sur la chaîne LCM, débat du 26 mars partie 1

Par Cixi-Hélène - Publié dans : Aix municipale 2014
Ecrire un commentaire - Voir les 70 commentaires
Mardi 11 février 2014 2 11 /02 /Fév /2014 16:47

Jeudi, je l'ai lu sur Fb, c'était l'anniversaire de Jacky Lecuivre. Il est né le jour de la Saint Gaston. Le pauvre, parfois il y a des coups du sort franchement ridicules que l'on traîne malgré soi toute une vie. –Tu es né le 6 février ?Oui.Le jour de la Saint Gaston ?Ben oui… D'autres peuvent être miraculeux comme pour Maryse Joissains née un 15 août jour sacré qui fête la Sainte Vierge ! Là on ne peut rien faire. La Sainte Vierge et Marianne, impossible conjugaison. Trop près du divin, Maryse, inaccessible torera avisée qui résiste à toutes les cuadrillas intergalactiques de l'arène politique, mais sa résistance n'est possible que grâce aux bouées juridiques qu'offre notre justice et à ses lenteurs pachydermiques. Trop forte Maryse. Mais bon, avec elle au moins c'est clair. On sait. Cette bête politique indétrônable qui excelle à jouer les pleureuses martyres devant les micros finit par forcer l'admiration. Car, aujourd'hui, elle a une avenue devant elle. Des adversaires affaiblis par le désastreux contexte politique national avec l'impopularité d'un François Hollande ridiculisé jusque chez les Pygmées, et un fringant Nicolas Sarkozy qui concocte son retour, qu'elle a toujours soutenu et que beaucoup de Français commencent à regretter. Bref, Maryse Joissains devrait logiquement rester vissée jusqu'en 2020 au balcon de la mairie sous les yeux bienveillants de sa sainte patronne. Cette municipale, aux mêmes acteurs qu'aux précédentes, ne changera rien pour le grand nombre d'Aixois habités par le désir de s'abstenir à voter pour une telle classe politique. Peu importe l'abstention, les bulletins blancs ou nuls. Ces prétendants à la mairie appliquent les mêmes attitudes immorales sans qu'aucune réflexion ne vienne frôler le mot 'éthique', la fameuse éthique quelque part séquestrée dans leurs cerveaux.

Résumons les quatre listes en cours : 'La force pour Aix' , Maryse Joissains, UMP, en mire d'un 3eme mandat. Elle "défend les valeurs de Marine Le Pen", donc, elle ratissera large et dira qu'elle a gagné seule contre tous. 'Ensemble avec vous', François-Xavier de Peretti, SE, ex-centriste, adoubé par Alexandre Medvedowsky, PS, ex-investi pour la municipale 2008. 'Aix pour atout', Bruno Genzana, UDI, ex-UMP, qui rentrera la queue basse au bercail UMP au 2eme tour. 'La dynamique en action', Edouard Baldo, PS investi, qui s'alliera au 2eme tour avec FXDP, je dis qu'il s'alliera avec FXDP car, le bruit a couru d'un sondage (secret bien sûr) fait il y a quelques temps donnant FXDP 1ere liste d'opposition au coude-à-coude avec Maryse Joissains, Edouard Baldo 5 points derrière et Bruno Genzana très bas. C'est ce qui circulait dans les coulisses de campagne en décembre 2013. J'en profite pour lancer un appel aux protagonistes de ce sondage pour que je puisse l'afficher, s'il existe…

Localement, on s'amuse assez bien dans cette municipale. Fin janvier, on voit un Jean-Noël Guérini jetant une nouvelle farce et attrape à voter François-Xavier de Peretti, lequel se serait bien passé de ce venimeux soutien et de son retentissement. JNG sait parfaitement que son appel à voter est une malédiction lancée. Délectations. Il a son cartable rempli de coups de poings dirait Nougaro, un cartable surtout rempli d'une multitude de bombes qu'il lancera ou négociera selon ses humeurs et besoins. Délectations à venir. Maryse Joissains, elle, n'a pas encore sorti la grosse artillerie nucléaire, c'est encore trop tôt, elle aura lieu au deuxième tour. Elle aussi s'amuse, comme de déclarer à la presse vouloir saisir la Commission des comptes de campagne sur le soutien affiché d'Aurélie Filippetti à Edouard Baldo, la ministre alors présente dans la ville le 3 février pour les Victoires de la musique classique au GTP. Et le déplacement de Jean-François Copé en 2009 pour la soutenir ? Combien a-t-il coûté ? D'ailleurs, qu'apporte la visite de la ministre de la Culture ? Rien. Sauf une photo de plus à exploiter dans le CV Baldo. En fait, Maryse Joissains s'en fiche. Enfantillages. Elle aiguise juste ses faux ongles américains.

Edouard Baldo, lui, est né le jour de la Sainte Clémence. Douceur, indulgence, miséricorde. Pas très porteur comme saint support pour une 'dynamique en action'. De tempérament affable et sans consistance, cet avocat international sûrement brillant dans ses dossiers, est bien indolent dans le rôle politique. Il a été adjoint sous Félix Ciccolini à 29 ans et conseiller municipal sous Jean-Pierre de Peretti de 36 à 42 ans, des lustres ! Expérience de terrain, aucune depuis 25 ans. Au début de cette campagne municipale, il a choisi comme étendard le seul mot perroquet rentable actuellement dans l'hexagone : éthique. Ethique. E-THI-QUEUUU. Encore faudrait-il que l'on définisse quelle forme d'éthique on veut défendre, mais bon. Il s'entoure de deux figures intègres de la politique aixoise, Noëlle Ciccolini, PS, et Lucien-Alexandre Castronovo, ex PRG, qui est défini comme son 'animateur de groupe de travail de l'éthique', lourde responsabilité... Pour montrer la pureté de son engagement, Edouard Baldo signe solennellement la charte Anticor (qui ne le ferait pas ?) pendant que François-Xavier de Peretti crée la sienne, 'Charte éthique et de bonnes pratiques', qui est objectivement bien plus adaptée à la situation aixoise. Lui au moins part d'Aix pour penser son action.

Ethique, E-THI-QUEUUU ! Et voilà notre Edouard Baldo parti avec son étendard sur l'épaule dans les rues aixoises. Comme c'est agréable d'être reconnu et salué par tous ces braves gens. Ils sont si sympathiques. Tiens, un petit calisson de chez Béchard par-ci, un chocolat de Puyricard par-là. Et on déambule du Cours Mirabeau aux rusées cités hostiles, et on serre les mains moites, on embrasse avec bonheur l'enfant morveux dans les bras de sa mère. Comme c'est agréable de se sentir important. Il faut aussi apprendre à promettre, à écouter la masse grouillante toujours un peu dangereuse qui veut aussi toucher, dévorer quelque chose, bref, pas vraiment simple pour quelqu'un qui un an auparavant ronronnait tranquillement sa carrière d'avocat dans son vieux fauteuil club vintage. Comment devenir un leadership, un orateur, un tribun ? Le ton de ses discours est ennuyeux, sans relief. Et puis surtout, il faut savoir fédérer une équipe, lancer l'énergie suffisante pour que chacun se dépasse dans son rôle attribué. Car là, il ne s'agit pas de décrocher sa thèse sur La danse du cheval blême ! On ne se définit pas chef de meute comme ça d'un claquement de doigts ! En face vous avez les Joissains ! Des loups aguerris, aux meutes tout-terrain, fidèles et structurées, capables de dévorer n'importe quel contradicteur de Maryse qu'il soit beauf, middle-class, intello, aristo, ou malentendant. Souvenez-vous de notre famous avocat local, Michel Pezet, alors candidat dissident PS en 2008, il électrisait les salles de meeting avec sa cravate Hermès, galvanisait Marie-Chantal, Léon, ou Mohamed, et regroupait sa meute en goguettes d'un coup sec de pipe agacée sur sa boite à tabac Capstan. Non mais ! Là, ça avait de la gueule ! Bon, j'exagère un peu mais pas tant que ça… 

Et pourtant, pendant la primaire, la 'dynamique' semblait avoir pris corps. Edouard Baldo, sombre inconnu pour les Aixois, se retrouvait décrochant l'investiture PS certainement à l'insu de son plein gré ou à son grand étonnement grâce à une toute petite équipe en phase au potentiel efficace. Le départ de ces éléments moteur, qui lui ont assuré cette victoire, a été déterminant pour la suite. Sans poigne au sommet, sans addiction électorale, les nouveaux imposés par Jean-David Ciot, député du Pays d'Aix, premier secrétaire du PS des BDR, ont rapidement divisé, formé des clans. Plus tard, il a fallu ouvrir la porte aux vieux barons et baronnets en place, ces pseudos réservoirs de voix, dont quelques-uns infectent par leur présence chaque apparition d'un candidat. Jean-David Ciot dicte l'ouverture du rassemblement républicain sans tenter de récupérer, par exemple, un Jacky Lecuivre, qui pèse 'peut-être' quelques centaines de voix mais qui est né le jour de la Saint Gaston. Ca se défend.

L'éthique, l'ETIQUEUUU ! "Nous n'avons pas d'apparatchiks ou de courtisans mais des hommes et des femmes de terrain dont l'ambition est de servir la ville et ne pas se servir". Le 29 janvier dernier, Edouard Baldo dévoile sa liste où se trouve en 7eme position le grand ennemi de Lucien-Alexandre Castronovo (5eme position), Jacques Agopian, qu'il torpille sur son blog depuis 2008 : Jacques Agopian, le "menteur et malhonnête", Jacques Agopian (en tête sur la liste PS de l'appareil local), qui "s'est vautré dans le déshonneur" en "mensonges et bassesses", Jacques Agopian (en 2007 condamné pour outrage et rebellion sur agent des Douanes),  "sans morale et… complice des Joissains", Jacques Agopian (à la vice-présidence de la Communauté du Pays d'Aix d'avril 2008 à juillet 2009), "pour une délégation bidon à la CPA à… 2712,41 euros mensuels", petit calcul : 2712,41€x15= 40.686.15 €. En effet, ce dernier n'a pas hésité le 16 mars 2009 à faire à Alain Joissains une attestation 'mensongère' (reconduite le 5 mars 2010) pour tenter de confondre l'ex-PRG défendant courageusement la ville dans la fameuse affaire du litigieux contrat de salaire. Sa première attestation a été faite au moment où il avait obtenu ce poste de vice-président, Maryse Joissains, présidente de la CPA, dira 'jouer l'ouverture'… Ces attestations (ajoutez celles de l'élue Catherine Sylvestre) "étaient si complaisantes qu'elles n'ont pas été retenues par le Tribunal administratif" dixit Lucien-Alexandre Castronovo alors légitimement furieux de ces basses manœuvres. Très proche d'Edouard Baldo, intègre, image-appât de campagne, pourfendeur acharné de l'ETHIQUEU et de ses valeurs intrinsèques, comment 'LAC', 'animateur de groupe de travail de l'éthique' d'Edouard Baldo, a-t-il pu accepter pareille alliance ? Et alors ? Elle est où là l'éthique ?

Lors de cette présentation de liste au Palais des congrès, on voit sur une photo publiée, Edouard Baldo encadré par Jean-David Ciot et André Guinde. Autre soutien fatal, André Guinde ! On cauchemarde. 76 ans, cacochyme membre conservateur de l'Ordre ripoux de Jean-Noël Guérini. Quelle est sa puissance d'action dans cette municipale ? A mon avis, elle est nulle. Sur la photo, Edouard Baldo a la main posée sur l'épaule d'André Guinde. Tendresse. Que c'est beau cette entente affichée. AG n'est pas sur la liste 'la dynamique en action' mais son image aux côtés d'Edouard Baldo sera irrémédiablement associée à celle de Jean-Noël Guérini. Et le colistier Jacques Agopian, où est-il sur la photo ? Pour une fois trop à gauche (!), hors champ, il n'apparaît pas. Depuis le 'rassemblement' auprès d'Edouard Baldo, il se pavane, toujours au premier rang, prompt et si efficace pour les poses en premier plan. "Je suis quelqu'un de direct qui aime l'honnêteté et la franchise qu'elle que soit la situation. C'est vrai dans la vie de tous les jours et vrai en politique". Ce jour-là, Jacques Agopian a même fait la bise à Lucien-Alexandre Castronovo ! Quelqu'un a la photo ? L'éthique, l'ETHIQUEUUU, quelle éthique M. Baldo ?

Le pouvoir de la règle. Aucun ne veut s'y soumettre. Et pourtant, qu'elle soit juridique, morale ou tout autre, elle trace clairement la ligne de conduite issue par ses stricts fondements. N'ouvre pas la boite de Pandore, car la règle te protège. C'est valable dans toutes déontologies et tous les codes éthiques. Et si tu l'ouvres, ne te plains pas après. 


20140131EdouardBaldo
Photo La Provence

2008 Agopian

 

Agopian-2011-complice.jpg

 

Agop-2013.jpg

 

 

 

Petite mise au point  avec le commentaire de M. Ghenassia, 33 jours après la parution de cet article du 11 février dernier.

 

 

Commentaire Laissé par : M.Ghenassia aujourd'hui à 04h48

  • La démocratie sans les électeurs, que devient-elle ?

    Cixi, la politique vous hérisse, elle fait pourtant vos choux gras. Après 8 mois de panne, vous vous en saisissez soudainement à nouveau. Comment feriez-vous sans elle pour activer votre brio ?

    Cette région PACA n’est pas la plus brillante quant à son personnel et  ses comportements politiques, c’est le moins qu’on puisse dire, on est d’accord. Vous polarisez sur Aix et sur l’équipe Baldo avec laquelle vous réglez visiblement un compte. Vous traitez par ailleurs de façon très valorisante FX de Peretti ; il est vrai que c’est le candidat soutenu avec beaucoup d’enthousiasme par votre avocat. Je ne vois pas cependant votre férocité à l’œuvre, ni l’éthique revendiquée par Maître Benoit Petit dénoncer  l’alliance gravissime de FX de Peretti avec le grand arriviste-mis en examen Alexandre Medvedowsky. C’est vrai qu’il y a tant à dire sur les uns et les autres.

    J’aime la critique, la satyre, le second degré, j’aime rire à la lecture de vos bons mots. Mais je ne perds pas de vue les millions d’hommes et de femmes morts pour la démocratie. Beaucoup de pays dans le monde n’ont pas encore le droit de vote. En toute désinvolture, vous vous mettez en valeur en démobilisant.

    Votre désir de faire monter les statistiques de fréquentation de votre blog, l’intentionnalité au sein de votre écriture ont construit, attiré, trié un lectorat triste par sa complaisance et son incapacité. Ils tournent en rond sur eux-mêmes, sans aucune conscience que vous les menez comme une clientèle qu’on fidélise. Leur génération, qui se laisse deviner, ne se renouvelle pas. Le milieu, idem. Rien d’alternatif.

    Flatteurs à votre égard, certes, vos commentateurs hystérisent sur le "Tous pourris", dans un consensus médiocre d'a-politisme petit bourgeois. Le niveau, la vulgarité d’une Brigitte se disant « citoyenne normale », traitant Liberté de « militant borné », quelle classe…Et vous dégustez sans bouger depuis plus d’un mois.

    Quelle part prenez-vous au bien commun, en quoi faites-vous avancer le schmilblick ? Les vannes de l’abstention et celles du FN ne sont-elles pas déjà suffisamment ouvertes ?

    Il eut été intéressant que votre énergie, votre talent, votre causticité permettent à chacun de prendre de la hauteur. Etes-vous, au fond de vous-même, réellement satisfaite de l’impuissance à construire, à proposer, à bâtir qui se dégage de ces pages ?

    Votre fond de commerce est un «Entre soi » sans avenir, ni jeunesse, ni altérité.

                                                                        -----
Cher Marcel,

 

Je constate que vous vous couchez tard ou vous levez tôt et aimez les 'satyres'. La politique ne fait pas mes 'choux gras'. Je ne vois pas comment un blog d'opinion peut rapporter quoi que ce soit de trébuchant à part se retrouver depuis des années devant des juges pour avoir mis le doigt sur le comportement choquant d'un élu local.

Je ne règle 'visiblement' aucun 'compte' avec Baldo ni avec son équipe. Je ne vois pas pourquoi je n'écrirais rien sur lui d'autant plus que cela semblerait suspect de ne pas le faire. Maryse Joissains, François-Xavier de Peretti, Alexandre Medvedowsky ainsi que Stéphane Salord n'ont pas été épargnés sur ce blog. Je ne vois pas pourquoi M. Baldo ne serait pas passé par ma moulinette. Et j'ai été soft. Car j'aurai pu aller beaucoup plus loin et parler d'un autre membre de la liste et vous savez très bien de qui je veux parler... Ce sera certainement le joker de Maryse Joissains pour le deuxième tour, si elle en a besoin... Mais la lecture intelligente n'est pas à la portée de tous. La seule à l'avoir comprise est Noëlle Ciccolini-Jouffret qui m'a envoyé un message adorable. En ce moment, cela ne doit pas être facile pour elle tous les jours. Elle a toute mon amitié.

Que je traite 'de façon très valorisante FX de Peretti' est faux. Sa thèse m'intéresse. Point. Qu'il soit devenu docteur et soutenu en pleine campagne est assez remarquable. Que mon avocat le soutienne est une décision qui lui revient et que je respecte. Il me connaît assez pour savoir que mes amis ne dirigeront ni exploiteront mon opinion politique. Et s'ils en prenaient ombrage, c'est qu'ils n'auraient rien compris à ma démarche intègre, mais ils ne seraient pas mes amis.

Au sujet des commentaires, de ma 'clientèle que l'on fidélise', que vous traitiez 'Brigitte' de vulgaire dans ses propos montre votre mépris, votre manque d'ouverture. C'est le récurrent problème avec vous, les vieux militants exaltés. Elle est déçue, le dit avec ses mots, elle est autant citoyenne que vous. L'article a buzzé, en effet. Malheureusement pour vous, le jour de sa parution a coïncidé avec un relais médiatique de mon article sur Pierre-André Gignac. Le blog était donc très fréquenté. Les sportifs ne s'intéressent pas tous à notre politique locale mais l'article a tout de suite été bousté. J'ai refusé beaucoup de commentaires trop agressifs contre Edouard Baldo, restent ceux qui sont corrects. Il n'y en a pas beaucoup, ce n'est pas mon problème. Vous oubliez la masse qui a lu et qui n'a pas commenté. Pour ceux qui ont réagi, la plupart ne sont pas des fidèles du blog, vous pouvez objectivement le constater. Plutôt que 'Brigitte', essayez de vous attaquer à 'Adagio Cantabile', fidèle du blog, qui argumente redoutablement. Son esprit démocratique ne fait aucun doute. Bizarrement vous ne le faites pas. Un peu, beaucoup macho Marcel ?

Au sujet de mon désir de 'faire monter les statistiques'. Sachez que les retombées sont négligeables. Les blogs ont leurs fidèles et ronronnent selon l'humeur du moment. Ce n'est pas ou peu de nuisance pour les têtes de liste. Pour les réseaux sociaux, Facebook concentre toujours les mêmes personnes en lien qui partagent entre eux. Autarcie sans intérêt. C'est tout autre pour Twitter qui ratisse plus large. Mais peu importe les statistiques. Les citoyens qui voteront ne sont pas idiots. Ils décideront en leur âme démocratique s'ils en ont une.

Quant à ma 'part au bien commun', ne pas faire 'avancer le schmilblick', maintenir 'les vannes de l'abstention et celles du FN', mon 'entre soi sans avenir, ni jeunesse, ni altérité', comme vous dites, vos écrits sont excités par la savoureuse adrénaline du militant dopé lors de chaque campagne électorale. Donc pas objectifs. La fameuse transe collective ou l'esprit de meute comme vous voulez. Ivre, votre exaltation retombera après l'élection. Et le temps sera long car il vous faudra attendre la prochaine pour retrouver les joies de cette dope. Nous ne sommes donc pas sur la même rive.

Bonne fin de campagne...

 

Par Cixi-Hélène - Publié dans : Aix municipale 2014
Ecrire un commentaire - Voir les 113 commentaires
Samedi 19 octobre 2013 6 19 /10 /Oct /2013 00:01

Pendant qu'à Marseille Samia Ghali, incontrôlable, fait honte à tout le PS et que Patrick Mennucci, tente de calmer les esprits, à Aix la campagne des candidats pour cette primaire PS est enfin lancée avec de fameuses roucoulades avariées. Les autres, plus calmes, attendent le candidat officiel tentant de flairer celui qui sera le plus performant. Tous arpentent les marchés, cages d'escaliers, maisons de retraites, commerces avec plus ou moins d'ardeur. Car relancer et motiver la machine de l'appareil politique n'est pas évident. Enfin, quand je dis appareil, c'est un peu exagéré car l'appareil s'effrite de plus en plus compte tenu de la tiède motivation des jeunes et des nonagénaires plutôt en phase avec des urgences physiologiques. Mais le PS à Aix n'est pas le seul en faiblesse. Le centre lui, (enfin ce qu'il en reste) attend son moment et l'UMP, (je veux dire le FN) s'agite dans tous les souterrains possibles entretenus finement par Maryse Joissains depuis ses deux mandats.

Alexandre Medvedowsky, qui toisait du haut de la supériorité de son ego, j'allais dire QI, les autres candidats à cette primaire le 09 octobre dernier d'un, 'qui peut penser gagner la mairie sans De Peretti et moi ?', ex-candidat PS à la dernière municipale, big boss sur-occupé qui ne veut plus y aller (comme on le comprend), veut se venger du ladre Jacques Agopian autrefois son fidèle frère politique. Il soutient le winner centriste, François-Xavier de Peretti. Il est vrai que la philosophie n'a jamais enguirlandé qui que ce soit, mais bon, soyons cléments. Il faut croire en l'essor des plus atones dépressions. On attend avec impatience donc la mise en orbite du dragster Medvé-de-Peretti. Ça va péter le feu ! Ça va sentir la gomme sur le Cours Mirabeau !

Coté PS, Jacky Lecuivre, aux subjuguants sourcils broussailleux appelant la pince à épiler, quasi inconnu, seule heure de gloire en 2012, président secrétaire de section d'Aix. Depuis, il prétend avoir la légitimité. C'est aussi simple que ça pour certains. Entrepreneur nanti, il aurait servi 15 ans dans les Sous-marins Nucléaires, Lanceurs d'Engins, dans la Marine nationale ! Ca fait froid dans le dos… Quel surhomme ! S'il veut débroussailler Aix des Joissains, il lui faudra peut-être passer par une attaque nucléaire pour décrocher de la ville cette famille d'arapèdes, et, en ce cas, il peut par expérience professionnelle être l'homme de la situation. Pour l'instant, il est deuxième sur le premier tour de cette primaire avec 540 voix.

Ensuite, Edouard Baldo, un possible Zorro pour Aix, prônant l'éthique, dont le cabinet Drujon-d'Astros-Baldo ronronne tranquillement. Il possède une longue liste de diplômes, parle plusieurs langues dont l'Arabe, PS depuis 1969, élu à 29 ans adjoint à la culture populaire aux cotés du maire sans taches, Félix Ciccolini. Rajoutons un incroyable parcours au beau milieu d'intellectuels illustres tels que Badinter, Attali, Hernu, Debret, Fabius, bon Fabius intello… euh… Bref, Edouard Baldo, fondateur de Renouveau PS13, candidat à cette primaire PS aixoise, est le vainqueur du premier tour avec 753 voix.

Et puis ce débat sur la chaine LCM il y a deux jours. Franchement, Jacky Lecuivre, j'en avais tout juste entendu parler, pas vraiment récurrent dans sa présence politique à Aix, quant à Edouard Baldo, il y a un an je ne le connaissais pas. Quoi de plus explicite que de soupeser ces candidats lors de ce débat annoncé ? Avec seulement 2811 votants aixois lors de ce 1er tour, il n'y avait pas de quoi crier victoire, les électeurs ayant massivement boudés ce premier tour...

Le débat a commencé sous des airs assez amicaux. Il y eut un"mon ami Jacky Lecuivre" de la part d'Edouard Baldo et un mignon 'Eddy' de Jacky Lecuivre ainsi que le tutoiement que je trouve déplacé en un tel moment partagé publiquement. Minauderies de surface. Les candidats étaient concentrés et tendus. Quand on regarde de plus près, on sent bien que Lecuivre préparait son tir. Il baisse la tête, attend le bon moment. Il a dû répéter bon nombre de fois son lancer de scud. Baldo ne voit rien venir. Car son adversaire a compris qu'il ne pourrait pas intégrer la liste en tête. Compte tenu de leurs faibles scores, tous les autres participants ont évidemment rallié le gagnant, Edouard Baldo, devenu chef naturel, mais avaient-ils d'autres meilleurs choix ? Il est bien seul Jacky Lecuivre. Donc dangereux. Il va jouer sa dernière carte, celle de la diffamation. Il sait ce qu'il va dire. Il commence par une introduction révoltée sur des 'marchandages d'arrière boutique' (il le répètera plusieurs fois, preuve d'acquisition de son texte). Pourtant, ces marchandages sont d'une grande banalité logistique en politique...

"Ce qui m'a révolté, c'est que dès la proclamation des résultats les marchandages d'arrière boutique avaient commencés. Tout le monde a vu dans le QG électoral à l'école des Arts rue Tavan, il y avait une mezzanine avec une grande baie vitrée, tout le monde voyait Jean-David Ciot qui était à la baguette en train de mettre en musique les conditions du ralliement entre Edouard Baldo et Gaëlle Lenfant (355 voix), tout le monde l'a vu et" gna gna gna… Bon oui, et alors ?

Il continue. Le lundi matin il sait 'avec certitude' que Jean-Noël Guérini, notre requin du 13, surnommé affectueusement Jean-Nono ou Zarathoustrini par ses gentils élus qui l'ont maintenu à la présidence du CG, a convoqué le bon petit soldat gras André Guinde "à venir au CG expliquer, lui donner les conditions du vote d'Aix." Il a plusieurs témoins qui "on vu Mr Guérini enjoué, le verbe et l'accent corse haut, cigare à la bouche (il fume dans un lieu public ???) en train de dire "André tu te démerdes comme tu veux mais tu fais élire Baldo et tu tues Lecuivre ! Voilà j'ai plusieurs témoins qui l'ont dit. Depuis lundi, je peux vous dire que Edouard Baldo est le candidat de Guérini !" Lecuivre a lancé son engin.

Edouard Baldo n'en revient pas. Il n'a visiblement pas prévu cet angle-là et l'arme de son adversaire. Ah... les délices d'une campagne harmonieuse, en sont-ils vraiment ? Baldo le prend sur le ton pondéré du mépris enjoué, une arme souvent plus efficace. "C'est dommage que l'on n'ait pas un psychiatre là au milieu parce qu'il se pencherait sur une notion de paranoïa. Je n'ai pas discuté avec Guérini (…) qui plus est, je suis l'un des fondateurs de Renouveau PS13, c'est un groupe de réflexion au sein du parti socialiste qui est critique envers un certain type de méthodes politiques, clientélisme entre autres. (…) je laisse les paranoïas où elles sont. (…) Je ne suis pas allé à la fédération de Marseille, je suis resté avec mes amis à Aix, à l'école d'Arts, là où on centralisait. (…) j'ai eu, moi, une déontologie vis-à-vis des autres concurrents qui était parfaitement correcte, ceci explique certainement cela."

Mais Jacky Lecuivre a déjà rechargé. Un peu plus loin dans le débat, il lance une nouvelle balle bien plus insidieuse, plus vicieuse dans les esprits qui appartient au FN et qui aurait pu être soufflée par Maryse Joissains, si ce n'était pas déjà fait. Maryse Joissains, qui a déjà dû caresser Lecuivre dans le sens du poil et le préférerait largement contre elle plutôt qu'Edouard Baldo qui ne peut que suivre sa ligne éthique déployée, donc bien trop loin de son sac à vipères. Lecuivre rappelle que "Mr Baldo accompagné de son cher ami Kamel Saidi, accueillait les électeurs musulmans en leur disant en français et en arabe 'votez pour moi, je vous ferais une mosquée dès que je serais élu'. Bien sûr qu'il a promis une mosquée et qu'il ne peut pas dire non ! (…) La question que je lui pose est 'dites aux Aixois où vous allez la construire, en haut du Cours Mirabeau ? En bas ? Ailleurs ? (…) et je continue, hier matin, jour de l'Aîd, Mr Baldo et son équipe de campagne rapprochée et même Kamel Saidi sont en train de distribuer des tracts à 8h du matin à l'entrée de la salle Coulange où la communauté musulmane était venue dans un grand moment de spiritualité, de prières pour l'Aïd. Je suis allé le voir et je lui ai dis 'sincèrement ce que tu fais c'est quand même pas très éthique'."

Edouard Baldo, calme, sourire en coin, s'adressant aux journalistes : "Vous avez pu le constater, et il faut quand même le faire, je suis le candidat de Guérini, je suis le candidat des Pieds-Noirs, je suis le candidat des barbus, de la gentry aixoise et des particules, que reste-t-il pour les autres ? On comprend que je sois arrivé en tête ! Ce qu'il a oublié de dire, c'est qu'il est candidat par la mairie sortante ! Flou artistique. (…) La République garantit la liberté de cultes. Est-ce que c'est normal que des gens pratiquent leur culte dans des caves ?"

Et j'en passe. Des obsèques de René Andrès où Edouard Baldo s'est rendu, "parachutiste, farouche partisan de l'Algérie française très proche des thèses de l'OAS", "et René Andrès, il avait les mêmes théories que toi ? Il les brulait au lance-flamme dans le djebel !", Lecuivre ne lâchera pas son morceau de viande raciste. Quand le pathétique est dépassé seul le ridicule subsiste. Il valait mieux en rire. Je ne suis pas allée au bout de la vidéo-débat. Un ras le bol cette semaine avec la misogynie de la droite à l'Assemblée nationale, sa triste parité (27 sièges de femmes contre 172 hommes), le débile Philippe Le Ray qui caquète contre la député des Verts Véronique Massonneau, et qu'une toute jeune femme, Anne-Sophie Leclère, FN, commette ce crime infect, d'une époque révolue, contre Christiane Taubira…

Mais enfin une bonne nouvelle. La cour d'appel annule le contrat d'Alain Joissains. Je prends. Ouf.

 

                      Cliquez sur le lien proposé. Ne pas tenir compte de l'indisponibilté de la vidéo

Par Cixi-Hélène - Publié dans : Aix municipale 2014
Ecrire un commentaire - Voir les 24 commentaires
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés