Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Blog D’Opinion D’ Hélène Pastore, Politique, Culture, Sur Tous Les Fronts...

  • : CIXI-HELENE
  • CIXI-HELENE
  • : Site d’Hélène Pastore, en pause mais pas arrêté ;))
  • Contact

Texte Libre

BONNE  ANNÉE  2017 !! ;)))

Suivez-moi sur Twitter : @Cixi_Helene (renvoi sur FB)

une-charliehebdo-14.jpg

        Charlie 7 janvier 2015 

         Soutien indéfectible 

Agenda culturel local

Programmations actuelles

---lA CRIEEéjpgThéâtre de La Criée 

 

----theatre-du-gymnase-1368539733-28130Les Théâtres de Dominique Bluzet

 

-----silojpg-copie-1.jpgLe Silo 

     

-----pav-noir.jpgPavillon Noir 

Stats du blog

Malgré sa longue pause, le blog a quand même en moyenne + de 300 visites/j avec des pics selon l'actu. Soit 10.000 visiteurs uniques /mois

Les articles les plus lus en 2016 :

1 : Trets, les Féraud, et la secte Soka Gakka

 2 : André-Pierre Gignac, carton rouge pour une poussette

Commentaires les plus lus en 2016 :

1 : Trets, les Féraud, et la secte Soka Gakkaï

2 : Sophie de Menton, Franck Tanguy, les affreux 'GG' de RMC  !
 

 

Messages permanents

identifiant du blog : Hélène Pastore. Ne pas confondre avec Hélène Pastor assassinée à Monaco...

Le modérateur est mis ou retiré selon la teneur des articles. Ceux qui seraient dégradants, insultants sont immédiatement retirés ou non publiés. Par temps de pause du blog les commentaires ne sont pas activés.

- Petit marché minable, au sujet du pillage par le journal La Provence édition Pays d'Aix (Nicolas Rey rédacteur en chef) par Romain Capdepon de mon article exclusif sur André-Pierre Gignac  sans même me sourcer (qui a fait le tour  des médias européens en quelques heures jusqu'au plateau de Canal+ le soir même info relayée au nom du journal La Provence), le directeur de publication, Philippe Minard, a été contacté par lettre en AR mais n'a pas daigné me répondre... Je n'hésiterai pas à donner toutes suites prévues par la loi à la moindre récidive.- La Cour de cassation vient de défendre les droits de libertés de la presse aux blogs, mêmes anonymes, Article sur le site RUE 89.

- Messages de remerciements : Je remercie chaleureusement tous ceux qui m'ont soutenue pour la tempête provoquée par l'article 'Trets, les Féraud, et la secte Soka Gakkai" , mails et commentaires sur ce blog (je n'autorise plus les nouveaux commentaires sur cet article, agréables ou insultants). Merci entre autres aux big boss nationaux Jacques Rosselin  Alexandre Piquart (Le Monde). Pour info, Jean-Claude FERAUD, UMP, toujours maire de Trets, n'a jamais été inquiété ni même interrogé par la presse locale bien trop peureuse de s'attaquer à la Soka Gakkai. L'article est un des plus lus quotidiennement dans le blog.

Je remercie infiniment mon avocat et ami Maître Benoît Petit pour son total investissement et son engagement sans faille dans mon assignation intentée par la Soka Gakkaï en 2010. En effet, la SG se portait partie civile en portant plainte pour diffamation pour mon article Trets, les Feraud, et la secte Soka Gakkaï  - Détail :

- Procès du 15.02 2013 au TGI de Paris (17eme chambre), décision du 29.03.2013, je suis relaxée  
- Appel de la SG : audience le 29.01.2014. Le 27.03. 2014 la Cour d'appel de Paris confirme la 1ere décision
- Pourvoi en cassation de la SG le 28 mars 2014


Le 19.12.2014 / ORDONNANCE DU PARQUET DE LA COUR D'APPEL, 34 RUE DES ORFEVRES, 75055 Paris :

-l'Association culturelle Soka Gakkaï et l'Association culturelle du bouddhisme de Nichiren, parties civiles, se désistent du pourvoi par elles formé le 28 mars 2014 contre un arrêt de la Cour d'appel de Paris, chambre 2-7, en date du 27 mars 2014 contre Mme HELENE PASTORE du chef de diffamation publique envers un particulier-  Procès gagné ! Mon article est donc protégé par un jugement de justice de mon pays. 

Je remercie Marianne de m'avoir publiée ainsi qu'à l'équipe de Jacques Rosselin pour avoir sélectionné mon blog parmi les 100 meilleurs blogs féminins de France

 

9 janvier 2012 1 09 /01 /janvier /2012 15:22

La déontologie du Web existe. Beaucoup de blogueurs appliquent consciencieusement les règles essentielles qui assureront et maintiendront la fiabilité de leur blog. Toujours sourcer les informations quand elles ne sont pas issues de son propre réseau, vérifier la teneur en rencontrant le contact et demander des preuves qui illustreront et protégeront l'article d'une éventuelle plainte en diffamation.

Chaque écrit ou tout autre publié par un auteur lui appartient en bien propre. Nombreux sont les articles de loi qui protègent la titularité d'un rédacteur. Nombreux aussi sont les pseudo-journalistes qui se servent sur les blogs. En général, ce sont des débutants, stagiaires, de vieux journalistes sans éthique connus pour de laborieux et misérables articles. En manque d'infos, ils vont faire leur minable marché sur les blogs susceptibles d'alimenter le vide de leurs petites cervelles précaires. Evidemment, dans ces cas-là, aucun n'applique la règle de base, essentielle, celle de sourcer les informations dont ils ne sont pas propriétaire. Le cran au-dessus est de piller purement et simplement une info qui rapporte, un vol caractérisé. L'édition Pays d'Aix de La Provence et son rédacteur en chef, Nicolas Rey, appliquent ces transgressions en toute impunité.

Le 21 novembre 2011, je publiais une exclusivité sur le footballeur André-Pierre Gignac suscitant des milliers de connexions en quelques jours. Le 26, Romain Capdepon, sous la responsabilité du rédacteur en chef, Nicoles Rey, se l'appropriait. L'AFP a immédiatement relayé en sourçant La Provence. En quelques heures, l'info faisait le tour de France, Euronews s'en est mêlé, bref, ça buzzait jusqu'au plateau de Canal+ : auteur La Provence !

Le directeur de publication, Philippe Minard, est censé répondre des agissements des éditions qu'il dirige. Ce dernier a reçu de ma part et par lettre recommandée (voir ci-dessous) ma protestation sur le comportement honteux de ce journaliste. A part son miteux paraphe sur le bordereau de retour, aucune nouvelle ni explication, indifférence totale. Outre le manque d'éthique de Philippe Minard, l'incapacité à faire correctement son travail démontre une fois de plus les causes d'une désertion de près de 40% des lecteurs de ce journal en 20 ans.  

Mais je suis mauvaise langue car j'oubliais une qualité incontestable de ce quotidien, celle de relayer sans état d'âme les plagiats des autres, par exemple, ceux sur Lady Gaga, Patrick de Carolis, Angelina Jolie, pour ne citer qu'eux… Il y a plusieurs moyens de se faire entendre. Le chemin juridique en est un mais long et fastidieux et qui résonne peu. En revanche, le direct sur de grosses radios françaises notamment celles en tête de palmarès comme RTL, c'est beaucoup mieux. Sachant aussi que l'accélération des diffusions portées par l'élection présidentielle assurera un meilleur impact.

Minard bis

 

Philippe Minard, directeur de publication du journal La Provence
248 avenue de Salengro Marseille 13015

Objet : Plagiat d'article

                                                                                                                                19.12.2011

                                                   Monsieur,

 Je suis l'auteur du blog CIXI-HELENE. Je n'ai reçu aucun retour aux différents mails que je vous ai adressés suite à cet incident ainsi qu'à Nicolas Rey rédacteur en chef de l'édition Pays d' Aix.

Les faits : Le 21 novembre dernier, je publiais un article sur un fait divers déclenché par le footballeur André-Pierre Gignac, "André-Pierre Gignac, carton rouge pour une poussette". Une exclu et un buzz assuré. Le 26, mon article est relayé sans être sourcé par un journaliste de l'édition Pays d'Aix, Romain Capdepon, http://www.laprovence.com/actu/region-en-direct/dede-gignac-grande-classe, qui se l'est purement et simplement approprié, pour preuves, documents officiels en illustrations qui sont en ma possession.
L'AFP a relayé, sourcé La Provence, évidemment tous les médias, radios, tv, jusqu'à Canal +, pour ne citer qu'eux ont traité l'info.

Sans réponse de votre part ou réparation par l'auteur, cette lettre sera jointe sous l'article en question et restera en ligne. Je n'hésiterai pas à donner toutes suites prévues par la loi.

Dans l'attente de vous lire ou entendre.

Coordonnées 

 

Repost 0
5 novembre 2008 3 05 /11 /novembre /2008 11:33

Chère Cixi,

Jusqu'au mois d'août, j'étais l'un des deux responsables de l'édition aixoise de La Provence. J'a quitté ce journal pour vivre une autre aventure.
Ce qui est intéressant dans votre blog, c'est bien sûr la liberté d'expression dont vous usez pour donner votre opinion sur la manière dont est traitée l'information. On vous lis, on prend en considération votre prose ou pas. Après tout, on a le droit aussi de ne pas être d'accord avec ce que vous écrivez. On a le droit aussi de trouver votre style un tantinet prétentieux. Mais tout cela n'est que subjectif, je pense que vous en avez autant à mon service...
J'espère en outre que vous êtes suffisamment intelligente pour, de temps à autre, douter des affirmations définitives que vous avancez.
Mais ce qui me dérange surtout, c'est que vous faites des journalistes de La Provence un bloc monolythique, une espèce de masse stupide qui pense la même chose, de préférence à droite. Pour avoir été responsable de cette équipe, aux opinions politiques très diverses, je peux vous assurer que vous trompez complètement, que vos attaques sont infondées. Les journalistes d'Aix font leur travail le plus honnêtement du monde. Ils ne sont à la solde de personne.
Enfin, et sans entrer dans des considérations d'ordre juridique, je voudrais ajouter que cet anonymat est dérangeant, qu'il donne du coup l'impression que votre blog est davantage un espace de délation que de dénonciation. J'ose croire que ce site n'est pas celui où s'exprime l'amertume revancharde d'un(e) candidat(e) battu à une récente élection et qui, on ne sait jamais, adopte le pseudo de cixi en attendant de reprendre son identité sur une prochaine affiche électorale.
Avec tout mon respect...

Samir HEDDAR

Cher Samir

Votre commentaire m’a peinée mais ravie je suis de vous retrouver la ligne toujours alerte. C'est avec une certaine déception que j'ai appris votre départ. Je n’ai jamais remis en question un seul de vos articles reconnaissant votre professionnalisme mais un grand fossé de quiproquos, fantasmes et d’incompréhensions nous sépare. Quel dommage ! Vous faites bloc avec vos anciens collaborateurs cela vous honore mais il vous reste à franchir le pas difficile de supporter la critique du lecteur. Le journalisme a change mais les ego restent. L’humilité ça s’apprend Samir.

L’article d’Alexandra Ducamp hier sur les blogs aixois a sciemment oublié et donc totalement nié l’intégrité et la qualité du contenu de certains, comme l'excellent blog de Benoît Petit. Les mettre à l'écart ne pouvaient qu'attiser des rancoeurs et  des colères logiques comme le prouvent les nombreux commentaires reçus déclenchés aussi par une nouvelle affaire litigieuse des Joissains.

Le journal La Provence me paraît bien loin de la capacité de lecture de ses lecteurs. J’ai souvent l’impression d’avoir dans les mains un journal vieillot qui ne se remet pas en question, prend son  lecteur pour un arriéré et lui donne en pâture la même bouffe pas chère et insipide qu'est "le fait divers".  Cet article d’A.D tellement loin de la réalité de l’impact-blog qui n'a certainement pas reçu, entendu, enquêté sur les blogueurs, corrobore la distance importante entre elle et les lecteurs et son manque de rigueur professionnelle.

Ce matin encore, La Provence est le seul quotidien (à tirage égal) à ne pas reprendre sur toute sa Une l'incroyable élection américaine, évènement ex-tra-or-di-naire-ment historique et planétaire, traité sur place par 1400 journalistes pour 20 pays ! Vous avez choisi  le crash à Nyons de ce petit avion de tourisme porté disparu il y a deux jours. Toujours traiter le fait divers en priorité..  Vous n'en sortirez donc jamais ?

Pourquoi se retrancher sur moi ? Je ne suis pas le seul blog à critiquer la presse locale qui ne correspond pas à ce que j'attends d'elle ! J'achète les journaux, je suis une citoyenne aixoise, de souche, je peux vous certifier n'avoir aucune carte de parti et être farouchement apolitique même si parfois et selon l'actualité il semblerait que je penche vers une "tendance". Ce blog a été créé par hasard. Par gag. Il est catalogué comme "pamphlétaire". Les lecteurs savent ce qu’ils font et ce qu’ils vont trouver en cliquant sur Cixi-Hélène. Je ne pensais en aucune façon atteindre ce taux de lecture actuel. Vous ne me connaissez pas et vous me croiseriez dans les rues d'Aix sans soupçonner quoi que ce soit. Le détonateur a été l'article d'Hervé Vaudoit 'L'ombre d'Elle même' du 26 avril dernier où il 'oubliait' le passé d’escroc sulfureux et décrivait un Alain Joissains innocent aux mains propres alors stratégiquement absent dans la campagne de son épouse.

"on a le droit de trouver votre style un tantinet prétentieux" dites vous. Mais vous avez tous les droits Samir, comme de ne pas me lire et de vous exprimer comme moi en toute liberté démocratique. Je vous rappelle qu’Overblog a des censeurs des plus sévères et que je suis soumise comme les autres à des poursuites juridiques mais que je suis bien plus ‘canalisable’ sur Overblog que sur un hébergeur étranger où je m’empresserais d’aller en cas de fermeture du blog...

Je sais bien qu'il est utopique de croire en l'honneur, intégrité, déontologie, éthique propre et professionnelle d'élus et de médias trop coopérants, je sais bien qu'il est puéril de croire en un monde qui n’existera certainement jamais et en ce jour historique de l’élection d’un demi noir ou demi blanc aux rênes du plus puissant pays de notre planète, croire en la rencontre nécessaire de toutes les races opprimées avec les plus favorisées. Je ne suis qu'une femme, qui veut garder cet espoir comme une enfant qui s'accroche à son rêve. Laissez moi avec mon âme et conscience, écrire.

http://www.plumedepresse.info/

Repost 0
4 novembre 2008 2 04 /11 /novembre /2008 13:44

Et bien... Que de réactions en chaîne ! Visiblement j'ai des 'liens' avec beaucoup de blogs et sites que je ne soupçonnais pas. La solidarité est toujours présente. Mes statistiques ont explosé et je vais essayer de répondre à tous les mails au plus vite. Promis.

Merci donc à Alexandra Ducamp pour cet article en page 5 sur les blogueurs aixois (qui se fait le porte-parole inconscient du didactique journal La Provence Pays d'Aix) et de la publicité que cela me rapporte grâce à votre billet bleu qui n'est d'aileurs pas le premier. Petit conseil : N'oubliez pas que ce qui est sous entendu a souvent plus d'impact que ce qui est fermement écrit.

Mille mercis Alexandra. Vous êtes adorable. Comparer mon cerveau à celui d'une souris, je ne pouvais rêver mieux tant la complexité du cerveau d'une souris est extraordinairement surprenante. Beau compliment qui me va droit aux méninges. Mais peut-être ne le saviez-vous pas. Un bon journaliste aurait vérifié... 

Pourriez- vous me faire un billet bleu par semaine ? Ah ! au fait ! je remercie Hervé Vaudoit pour son 'opportuniste' article sur l'annulation du salaire d'Alain Joissains. Etonnant. Il me manque terriblement.

 




Bien à vous Alexandra :




Repost 0
15 octobre 2008 3 15 /10 /octobre /2008 20:55

On ne sait plus où donner de la tête ! La Marseillaise est encore sifflée par le maghreb, la crise boursière dévore nos économies, Madonna divorce, notre économie prépare sa crise, l'essence baisse à 1€28 le litre à la pompe (aux Platanes à Aix  pour le 95), les Américains s'apprêtent intelligemment à voter pour un noir, Carla Bruni Sarkozy vole au secours d'une ex-criminelle des Brigades Rouges, Le Clezio est prix Nobel de Littérature mais toujours trop addict au botox, l'équipe de France n'arrive pas à se débarrasser de Domenech, notre ministre de la Justice Rachida Dati est toujours enceinte d'Henri Proglio, et surtout... Salman Rushdie est à  Aix vendredi à La Cité du Livre !

Et puis il y a les petits inconvénients locaux que l'on a loupés. Quand je relis les numéros de La Provence du 9 au 15 octobre, je constate encore et toujours que notre ville est décrite sur un mode unique, ouvert et tourné vers de grands problèmes insignifiants qui devraient animer quotidiennement nos conversations, c'est à dire pour nous, lecteurs arriérés, archaïques, tout justes bons à téter n'importe quoi.

- Edition du 9 octobre et sur la moitié de page 4, "Il pleut dans son appartement": on peut découvrir une grande photo de Micheline Duval (?) devant les agents de l'OPAC. Micheline "qui a glissé sur le sol mouillé, est tombée..... et a pété les plombs".
- Le 10 octobre  toujours en pays d'Aix page 11, grand évènement ,"
Vincent Lindon une star sur le cours de la République" à Pertuis, mais surtout en page 12 à Rians, "La fête de la courge " et son record à battre de 324,5kg de la plus grosse courge, record toujours inégalé. Là ça devient interessant. Mais je reste sur ma faim.
- Le 11 octobre en une, "
Domenech fixé ce soir" on apprend en page 2 que l'auteure Corinne Drefuss (?) offrira son livre publié à tous les bébés de la ville de Grenoble...
- Le 12 octobre idem, Une "
Domenech en sursis"  mais sur toute la page 5 le nouveau drame aixois qui secoue notre ville, "les riverains de Mazarin excédés par le bruit des clients du "Mistral" depuis qu'ils fument dans la rue". Long article et commentaires stupides où on apprend que le quartier Mazarin subi une nuisance tragique de la boite de nuit qui se situe pourtant tout en haut de la rue Frédéric Mistral, quasi en dehors du quartier VIP.... En page 9, (2) "La fête de la courge continue aujourd’hui..."Ouf. Je sens qu'ils tiennent un bon sujet. Enfin.
- Le 13 octobre en page 4, un scoop qui m'avait échappé : Dans le billet "L'Humeur', "Aix respecte à la différence de ses voisines le quota de 20% de logement social..." dixit l'adjoint délégué à l'urbanisme Alexandre Galleseen lien l'article contradictoire de ce même journal avec un portrait de Maryse joissains avant ses tranformations esthétiques)
- Le 14 octobre en moitié de page 7, à nouveau les riverains Mazarin, scandaleusement menteur quant on sait qu'une révoltante douzaine de logements en 7 ans ont été bâtis par le couple Joissains (tapage et cigarette font un véritable tabac sur la toile" avec des commentaires d'internautes choisis parmi la fine fleur soporifique "Une fois, que cela se sera calmé, les riverains rouspéteront contre les bruits des voitures qui démarrent. Et quand tous les établissements seront fermés, les mêmes se plaindront du chômage
!";  mais en page 10, Catastrophe !

On apprend que la fête de la courge est finie ! "record et plaisir intacts pour la fête de la courge" que grande est la déception de n'avoir pu faire tomber le record de David Perroud et qu’Henri Anezin remporte cette année le concours général avec sa courge de 225kg !!

Mille excuses et profil bas. La Provence Pays-d'Aix a réussi l'exploit de tenir une info jusqu'au bout.

ET BRAVO !! HENRI !!! Allez !  je vous donne le mail pour féliciter ce sympathique gagnant : fetedelacourge@hotmail.com et la page du site de Rians pour vérifier mes dires. Ca ne m'empêchera pas d'aller voir Salman vendredi soir.

 




Commentaire de Chris reçu ce matin. Eloquent....

c'est marrant ça.. pas un mot sur les 20 ou 30 (on sait plus trop) voitures qui ont été brûlées dans le quartier d'Encagnane en3 semaines ! Toutes taggées avec la "Zac nique la Zup". Tous les week-end, c'est le même cirque. Gageons que ce week-end, 3 ou 4 d'entre-elles devraient encore y passer.

Aix, la ville où il fait si bon vivre.. enfin ça c'est que la Provence nous dit. Aujourd'hui à la Zup on ose même plus sortir après 22 heures mais pas question d'en parler surtout.. ça ternirait la belle image de la cité du Roy René


Repost 0
8 octobre 2008 3 08 /10 /octobre /2008 09:51

Les Unes de nos principaux (27) quotidiens nationaux traitent à une quasi unanimité logique, la préoccupante crise boursière. Ce matin, Tokyo se crashait d'une chute de 9,38%, la pire depuis le fameux lundi noir de 1987. Les bourses européennes s'engouffrent dans le sillage de la grande asiatique et le système du capitalisme pur et dur qui devait entraîner la prospérité des peuples pour le plaisir de quelques milliers de financiers et de 100.000 traders (leurs valets), jette dans l'ornière des milliards de femmes et d'hommes. Pourquoi pas un remake de la crise de 1930 qui avait plongé des millions d'américains dans  la misère et par conséquence frappé des millions d'Européens...

L'actualité est brûlante. La presse locale tout comme la nationale a le devoir, l'éthique, la déontologie de nous informer quotidiennement sur nos lendemains qui sentent le roussi. L'arrivée de Didier Pillet pouvait peut-être changer cette fâcheuse tendance hautement médiocre de nos lectures quotidiennes d'un journal qui ne traite que les faits divers, toujours trop à droite, qui ne représente certainement pas la majorité de ses lecteurs comme les lecteurs des pages sportives. A quand le retour de deux journaux ? L'un de gauche, l'autre de droite comme précédemment le furent "le Méridional" et "Le Provencal" avant de fusionner et devenir cette insipide feuille de chou qui nous oblige à acheter d'autres journaux.

Bref, à la Une de ce mercredi noir, notre didactique journal La Provence et son directeur des éditions régionales J.M Mercoul, est quasi le seul au niveau national avec La Montagne et La Dépêche du midi (mais leurs tirages sont loin des 170.000 ex comme LP !) à avoir choisi d'ignorer l'essentiel.

A la une, le lancement de leur  feuilleton "Le Ferry-Boat" ou le "FB One" pour leurs abonnés du web, avec une belle photo des principaux dirigeants dont Jean-Pierre Foucault (PDG Chaine LCM) grand avocat de la ville de Marseille plaidant pour FB ONE dont il se dit "extrêmement fier" (!). J'ai donc visionné en ligne le grand évènement du jour réalisé par un certain Daniel Ravoux, qui dure pour ce premier épisode 6'46.

L'action se passe sur le Ferry Boat où Antonin le capitaine (Jean-Pierre Jourdain 8/10), Adrien (Philippe Nathan 2/10) et Pascal (Philippe Julia 6/10)  assurent sur le bateau légendaire les aller-retour des deux rives du vieux port. Sur une assez bonne musique de Laurent Elbaz , le texte débile (Ravoux-Alain Lagaduc) est à la hauteur des lenteurs de la mise en scène et culmine sa plus belle tirade attribuée à Antonin qui tend un balai à un Adrien paresseux :
- Tiens ! Tu as un balai qui veut que tu lui fasses visiter le pont ...
On apprend qu'Antonin est surnommé "capitaine au trop court" et qu'Adrien a une "face de renard"et "se prend pour le guide du bus impérial".

Bien sûr on se tord de rire et nos lourds soucis quotidiens disparaissent comme par enchantement. Deux figurants en kilts achetés chez Tati jouent les touristes béats d'admiration devant l'anglais primaire d'Antonin qui leur montre "the good mère"; entendez "ze goud maireuuu" pour comprendre "la bonne mère". Le niveau est navrant. C'est de la lamentable copie pagnolesque et c'est scandaleusement pire pour l'image marseillaise (déjà malmenée) qui est véhiculée. Mais Jean-Pierre-Foucault-Sponsor entérine. Remarquez, il n'a plus le choix. Le premier jet de la série est bouclé. Si les prochains sont du même acabit...

People or not people.. That is the question... Abêtir pour mieux régner. Mais ce règne n'est-il pas fini ?                                          





Repost 0
11 juillet 2008 5 11 /07 /juillet /2008 22:16

Pendant cette dernière municipale, le journal La Provence Pays d'Aix avait  scandaleusement pris des positions indécentes vis à vis de certains candidats. Les challengers Pezet et De Peretti étaient fustigés systématiquement. A eux le choix des vilaines photos, des petits articles au contenu sans intérêt ou préjudiciable. Quant aux candidats (les moins de 5%), ceux-ci étaient carrément ridiculisés. C'était d'une limpidité décourageante pour un lecteur apolitique mais avisé.

Évidemment, Maryse Joissains et Alexandre Medvedowski n'étaient et n'ont jamais été inquiétés dans toutes ces publications. Grands articles dithyrambiques en semaine (donc beaucoup plus de lecteurs), choix des photos les plus flatteuses, comme les meilleurs profils pour Maryse et surtout pas de gros plan sourire éclatant (la belle déteste que l'on puisse la comparer à Fernandel). Et ne parlons pas de cet article totalement corrompu d'Hervé Vaudoit (rédacteur en chef de La Provence Pays d'Aix), qui dessinait au lendemain de la victoire de son élue un portrait de béni oui-oui sur Alain Joissains alors en quête de blanchiment mais à jamais noir de ses escroqueries ! (Lire Les ombres d'Alains Joissains sur ce blog).
Si le torchon brûle dans la chaumière de La Provence c'est que leur linge est vraiment sale.
L'article ci-dessous de Rémi Leroux, nous ouvre certains Sésame...
-C-H-

Crise à La Provence, sur fond de pressions des politiques

Par Rémi Leroux | Rue89 | 10/07/2008 | 12H13

Une du quotidien régional La Provence
Le syndicat national des journalistes (SNJ) du journal La Provence a rendu public, mardi 8 juillet, un conflit qui couvait depuis plusieurs semaines au sein du principal quotidien de la presse régionale. Dans un communiqué circonstancié, le syndicat dénonce la politique mise en place par le PDG du groupe, Didier Pillet.

Arrivé de Ouest France en début d'année suite au rachat du groupe La Provence par le Groupe Hersant Media (GHM) -cédé par Lagardère avec le groupe Nice Matin pour 160 millions d'euros- Didier Pillet a depuis et selon le syndicat, essayé d'imposer une révolution en interne qui a rencontré de nombreuses résistances. Pour résumer l'esprit de la réforme, le SNJ indique aujourd'hui que plutôt que d'une "mise en marche, il s’agit en fait d’une mise au pas de la rédaction". Ambiance.

La nomination de Didier Pillet avait déjà fait couler pas mal d'encre dans les médias en début d'année, dans Le Canard Enchaîné notamment, et plus récemment dans l'hebdomadaire Marianne.
Les deux journaux évoquaient de probables accointances du nouveau PDG avec les hommes politiques marseillais et particulièrement l'équipe municipale de Jean-Claude Gaudin (UMP).
Un jeu d'influence qui passerait notamment par la filiale de GHM pour le sud, en charge de la gestion des anciens titres du groupe Lagardère. Une filiale dirigée, curieusement, par Guy Philip, ancien chargé de communication pour Jean-Claude Gaudin au sein du conseil régional Paca puis à la ville de Marseille, entre 1992 et 2005.

Journalistes politiques mis au placard. La mainmise supposée du cabinet du maire de Marseille dans le fonctionnement de La Provence se serait également traduite par la mise à l'écart de certains journalistes devenus indésirables, et notamment le binôme qui couvrait l'actualité politique marseillaise au moment des élections municipales. La gauche a par ailleurs souvent accusé La Provence de "rouler" pour Jean-Claude Gaudin pendant la campagne électorale… A ces accusations, Didier Pillet répond à Rue89:

"Les articles selon lesquels j'aurais soi-disant été nommé par le groupe Hersant pour faire gagner l'élection municipale à Jean-Claude Gaudin sont effrayants. Je suis parti de Ouest-France en journaliste de gauche et serais devenu un journaliste de droite en arrivant à Marseille! Il faut arrêter…
"Lorsqu'un journaliste de Marianne écrit que Jean-Pierre Chanal, proche de Gaudin [par ailleurs chargé de communication à la Société des eaux de Marseille et ancien journaliste du Provençal, NDLR] est le parrain de mon fils, c'est insensé. Non, Jean-Pierre Chanal n'est pas le parrain de mon fils et je trouve cette façon de faire nauséabonde."

A propos de la mise au placard des journalistes politiques, le PDG de La Provence estime aujourd'hui que le traitement à la veille des élections lui était apparu "ahurissant":
"J'ai lu des papiers que je trouvais ahurissants. Il ne me paraissait pas concevable qu'on laisse les élections entre les mains de jeunes journalistes. J'ai posé la question: où est le service politique? Il y avait d'autres journalistes, j'ai donc fait appel à eux."

L'un des "jeunes journalistes" en question couvrait la politique depuis une dizaine d'années!

Marseille l'Hebdo sacrifié?
Par ailleurs, la semaine dernière, l'annonce du probable arrêt dans sa formule actuelle de Marseille l'Hebdo, l'un des titres du groupe La Provence édité par sa filiale Hebdos Sud, est apparu comme une volonté de mettre au pas un titre "impertinent", selon le SNJ.
L'hebdomadaire, créé en 2000 (et auquel, personnellement, j'ai collaboré jusqu'au mois d'avril dernier), a souvent fait figure d'épouvantail au sein du groupe La Provence et dans le paysage médiatique marseillais. Ce journal a toujours bénéficié d'une liberté de ton dont n'a jamais disposé le quotidien. Didier Pillet a fait savoir qu'il souhaitait redéfinir la ligne éditoriale de Marseille l'Hebdo. Selon le SNJ:
"Les onze journalistes de Marseille l'Hebdo viennent d'être fixés sur l'avenir du titre: son contenu serait recentré sur l'économie, l'art et l'art de vivre avec une équipe composée de quatre rédacteurs, un secrétaire de rédaction et un chef de service."

Tout le volet "actualité" pourrait ainsi être sacrifié. Certains voyant dans cette décision un nouvel épisode de "l'interventionnisme" municipal… Didier Pillet, tout en assurant vouloir "sauver" un hebdomadaire "mourant", insiste "sur l'absence de ligne éditoriale claire et sur la mauvaise situation financière du titre" et rappelle "que rien de définitif n'a été arrêté. Il s'agit de réflexions, de pistes de travail." Interrogé la semaine dernière dans la lettre Sud Infos, il avait d'ailleurs évoqué l'avenir de l'Hebdo et annoncé des changements "dès la rentrée":
"L’Hebdo est très déficitaire, de plusieurs centaines de milliers d’euros. Il a une valeur informative importante, mais pas suffisante pour assurer sa survie. Il faut que cet hebdomadaire fasse la preuve que son modèle économique est viable dans l’indépendance éditoriale."

Selon nos sources, le déficit de l'Hebdo, pour l'année 2007, serait de 45 000 euros. Loin du gouffre annoncé… Le feu à tous les étages...
Autre sujet de mécontentement pour le syndicat des journalistes: les contrats signés par les nouveaux titulaires du groupe. Après le rachat du groupe par GHM, une cinquantaine de journalistes ont fait valoir la clause de cession et ont quitté l'entreprise ou sont en passe de le faire. Un chiffre très nettement supérieur aux prévisions de la direction de La Provence. Sur le sujet, Didier Pillet a fait savoir qu'il entendait compenser ces départs par autant d'embauches.
La semaine dernière, indique encore le SNJ, quatorze journalistes de La Provence étaient invités au siège pour signer un contrat à durée indéterminée. Ils ont été surpris de découvrir la nature des contrats… Un représentant syndical insique:
"Tout est précisé dans les moindres détails et tout est opposable, Il est par exemple stipulé que la non-possession de la carte de presse, à jour, pourra entraîner 'la rupture du présent contrat sans que la SA la Provence ne doive des indemnités'."

Idem concernant la mobilité professionnelle: tout refus d'accepter une proposition d'affectation dictée "par les nécessités de l'entreprise serait susceptible d'entraîner la rupture, du fait du journaliste, du contrat de travail'." Le privant des indemnités de départ et de l'allocation chômage. "Une façon habile de les inciter à la docilité", conclut le syndicat.
S'ajoute à tout cela des revendications sur le fonctionnement du service photo du journal, en pleine restructuration, ainsi que la situation de certains photographes, vacataires depuis des années, et toujours en négociation avec la direction sur les droits à l'image et les conditions d'une éventuelle titularisation.
Point supplémentaire soulevé par le SNJ: le surprenant "remerciement" de Stéphane Bouchet, journaliste recruté le 12 juin dernier en CDI pour occuper le poste de chef de service des faits divers.
Ancien du Parisien et de Voici, Stéphane Bouchet a appris, "le 3 juillet dernier de la bouche du PDG", qu'il était débarqué, alors même que sa période d'essai courrait jusqu'au… 12 septembre. Le journaliste n'a pas reçu de motif officiel mais ce limogeage précipité surprend. Guérini dans la bataille…
Dernier signe s'il en fallait encore. Et signe qui ne trompe pas: les démonstrations de mécontentement du président du conseil général PS, Jean-Noël Guérini, à l'endroit du quotidien régional. En plein conseil municipal la semaine dernière et pour que tout le monde l'entende, ce dernier avait d'ailleurs été jusqu'à parler de La Provence comme du "quotidien de M. Gaudin". Après le discours de politique générale de Jean-Claude Gaudin, il l'avait même pris à partie:
"Monsieur le Maire, vous savez ce que va titrer La Provence demain? 'Jean-Claude Gaudin, le visionnaire'. Vous le savez, parce que c'est votre journal."

Une référence au passé à peine masquée, du temps où Gaston Defferre, alors maire de Marseille, dirigeait également Le Provençal et pratiquait un interventionnisme quotidien, devenu légendaire depuis.
Autre manifestation de l'agacement du président du CG: il aurait gelé -"sucré"?- momentanément les budgets publicitaires du département à La Provence. Dans l'attente d'un départ de Didier Pillet ?
La méthode, plutôt persuasive, est une vieille tradition locale, de gauche comme de droite. Or, lorsqu'on sait qu'un tiers environ des recettes publicitaires du principal quotidien marseillais provient de la publicité institutionnelle (ville de Marseille, conseil général et conseil régional), il y a de quoi se poser quelques questions… Sur ce point précis, Didier Pillet confirme. Et lâche une bombe…
"Dès le premier jour où je suis arrivé, j'ai reçu des pressions de ce type. Aujourd'hui, je suis sous le coup d'une menace de suppression de budget publicitaire de la part du conseil général. Soit un million d'euros… Chacun, à gauche comme à droite, a ses raisons de penser qu'il n'est pas traité comme il le faut dans le journal. Mais, moi, je ne roule pour personne et cette dépendance au politique n'est pas une bonne chose."

Reste à savoir la stratégie que le Groupe Hersant adoptera dans les semaines à venir. Conforter Didier Pillet dans ses fonctions, au risque de braquer encore plus une rédaction déjà à vif et des annonceurs susceptibles. Ou choisir de lâcher du lest.

On peut toujours en rire tout en grinçant les dents, non ?
A bientôt donc...
-C-H-

http://www.plumedepresse.info/

Repost 0