Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Blog D’Opinion D’ Hélène Pastore, Politique, Culture, Sur Tous Les Fronts...

  • : CIXI-HELENE
  • CIXI-HELENE
  • : Site d’Hélène Pastore, en pause mais pas arrêté ;))
  • Contact

Texte Libre

BONNE  ANNÉE  2017 !! ;)))

Suivez-moi sur Twitter : @Cixi_Helene (renvoi sur FB)

une-charliehebdo-14.jpg

        Charlie 7 janvier 2015 

         Soutien indéfectible 

Agenda culturel local

Programmations actuelles

---lA CRIEEéjpgThéâtre de La Criée 

 

----theatre-du-gymnase-1368539733-28130Les Théâtres de Dominique Bluzet

 

-----silojpg-copie-1.jpgLe Silo 

     

-----pav-noir.jpgPavillon Noir 

Stats du blog

Malgré sa longue pause, le blog a quand même en moyenne + de 300 visites/j avec des pics selon l'actu. Soit 10.000 visiteurs uniques /mois

Les articles les plus lus en 2016 :

1 : Trets, les Féraud, et la secte Soka Gakka

 2 : André-Pierre Gignac, carton rouge pour une poussette

Commentaires les plus lus en 2016 :

1 : Trets, les Féraud, et la secte Soka Gakkaï

2 : Sophie de Menton, Franck Tanguy, les affreux 'GG' de RMC  !
 

 

Messages permanents

identifiant du blog : Hélène Pastore. Ne pas confondre avec Hélène Pastor assassinée à Monaco...

Le modérateur est mis ou retiré selon la teneur des articles. Ceux qui seraient dégradants, insultants sont immédiatement retirés ou non publiés. Par temps de pause du blog les commentaires ne sont pas activés.

- Petit marché minable, au sujet du pillage par le journal La Provence édition Pays d'Aix (Nicolas Rey rédacteur en chef) par Romain Capdepon de mon article exclusif sur André-Pierre Gignac  sans même me sourcer (qui a fait le tour  des médias européens en quelques heures jusqu'au plateau de Canal+ le soir même info relayée au nom du journal La Provence), le directeur de publication, Philippe Minard, a été contacté par lettre en AR mais n'a pas daigné me répondre... Je n'hésiterai pas à donner toutes suites prévues par la loi à la moindre récidive.- La Cour de cassation vient de défendre les droits de libertés de la presse aux blogs, mêmes anonymes, Article sur le site RUE 89.

- Messages de remerciements : Je remercie chaleureusement tous ceux qui m'ont soutenue pour la tempête provoquée par l'article 'Trets, les Féraud, et la secte Soka Gakkai" , mails et commentaires sur ce blog (je n'autorise plus les nouveaux commentaires sur cet article, agréables ou insultants). Merci entre autres aux big boss nationaux Jacques Rosselin  Alexandre Piquart (Le Monde). Pour info, Jean-Claude FERAUD, UMP, toujours maire de Trets, n'a jamais été inquiété ni même interrogé par la presse locale bien trop peureuse de s'attaquer à la Soka Gakkai. L'article est un des plus lus quotidiennement dans le blog.

Je remercie infiniment mon avocat et ami Maître Benoît Petit pour son total investissement et son engagement sans faille dans mon assignation intentée par la Soka Gakkaï en 2010. En effet, la SG se portait partie civile en portant plainte pour diffamation pour mon article Trets, les Feraud, et la secte Soka Gakkaï  - Détail :

- Procès du 15.02 2013 au TGI de Paris (17eme chambre), décision du 29.03.2013, je suis relaxée  
- Appel de la SG : audience le 29.01.2014. Le 27.03. 2014 la Cour d'appel de Paris confirme la 1ere décision
- Pourvoi en cassation de la SG le 28 mars 2014


Le 19.12.2014 / ORDONNANCE DU PARQUET DE LA COUR D'APPEL, 34 RUE DES ORFEVRES, 75055 Paris :

-l'Association culturelle Soka Gakkaï et l'Association culturelle du bouddhisme de Nichiren, parties civiles, se désistent du pourvoi par elles formé le 28 mars 2014 contre un arrêt de la Cour d'appel de Paris, chambre 2-7, en date du 27 mars 2014 contre Mme HELENE PASTORE du chef de diffamation publique envers un particulier-  Procès gagné ! Mon article est donc protégé par un jugement de justice de mon pays. 

Je remercie Marianne de m'avoir publiée ainsi qu'à l'équipe de Jacques Rosselin pour avoir sélectionné mon blog parmi les 100 meilleurs blogs féminins de France

 

19 septembre 2011 1 19 /09 /septembre /2011 00:51

Et bien voilà. Dominique Strauss-Kahn a fait sa rentrée, sur TF1. Il ne pouvait en aucun cas ne pas s'adresser aux Français. Politiquement, c'est un homme à terre mais, personnellement, il se doit de protéger sa famille certainement exsangue par son écœurante attitude. Il faut calmer les esprits et partir loin panser ses plaies pendant quelques temps.

Ce soir, peu avant le JT de 20h, des féministes l'attendaient en comité d'accueil devant France-Télévisions pour lui rappeler, munies de quelques banderoles, qu'il n'est plus rien si ce n'est un paria. "DSK = déni de justice. Quant une femme dit non, c'est non." On ne saura jamais si 'elle' a dit non.

Évidemment, ses avocats l'ont briefé, mais en direct devant des millions de téléspectateurs de la France aux US, la manœuvre n'a pas dû être facile. Il a quand même fait profil bas et a présenté ses excuses à la gent féminine,"même si j'ai une part de responsabilité, j'ai du respect pour les femmes, je les comprends, je comprends que cela ait choqué, je l'ai payé lourdement."

Il a donc avoué une relation sexuelle avec Nafissatou Diallo, (on s'en doutait un peu) "ce qui s'est passé c'est une faute. Une faute vis-à-vis de ma femme, mes enfants, mes amis mais une faute vis-à-vis des Français. De ce point de vue là, j'ai manqué mon rendez-vous avec les Français qui avaient espéré en moi une chance de changement". Il dévoile qu'aucune agression ou violence n'a eu lieu comme le confirmait le rapport de Cyrus Vance (qui est posé à côté de lui et qu'il brandit dès qu'il en parle), Cyrus Vance, procureur le plus célèbre sur cette planète. "Dans le rapport officiel il n'y a eu aucune violence".

Je ne l'ai pas trouvé si à l'aise et si sûr de lui comme l'ont écrit quelques journalistes. Ses réponses sur "sa faute" et sur "la souffrance qu'il a créée autour de lui" m'ont paru à la limite du décrochage. L'homme est réellement atteint. 
DSK a avoué qu'avant son clash fatidique il voulait être candidat (ça on s'en doutait aussi) mais qu'il ne l'était plus maintenant (vous imaginez le contraire !), qu'il "souhaitait la victoire de la Gauche et qu'il voulait se reposer avec sa famille, ses amis, et réfléchir."

Plus intéressant que ce pitoyable déballage impudique, une question sur l'avenir de l'euro et sur la dette de la Grèce. Claire Chazal lui demande son avis en tant qu'ex-directeur du FMI.
DSK est soudainement dans son élément et change vraiment de visage. Pas d'hésitation, pas de recherches de phrases apprises.
Au sujet de la Grèce, "Il faut réduire la dette à tout prix, les Grecs ne peuvent pas payer, il faut que tous les pays s'y mettent."
Et pour l'euro : "La situation est très sérieuse mais pas catastrophique. Si nous ne réagissons pas très vite, dans 25 ans, l'Europe sera une terre de désolation. Le temps de l'économie est plus important que celui de la politique."

La page DSK-Diallo semble se tourner. La presse en a tiré tout le jus possible avec plus ou moins d'éthique. Mais espérons que DSK ne soit pas un oiseau de mauvais augure…

 


                                        Suivez-moi sur Twitter ! @Cixi_Helene

Repost 0
17 septembre 2011 6 17 /09 /septembre /2011 01:20

Presque 5 millions de téléspectateurs, soit 22% de part d'audience pour France 2 jeudi soir, un record pour ce débat d'une primaire PS !  France Télévisions peut fêter ce succès pendant que l'UMP raille les prestations des six candidats, Nicolas Sarkozy ricane un "c'est qui veut gagner des millions ? C'est qui veut dépenser plus ?" Tout va bien. Il y en a qui s'amusent encore pendant que les Français mobilisent leur attention. Ce chiffre, trés élevé, devrait pourtant l'alerter. L'humilité, ça s'apprend. On verra dans quelques mois si la leçon a été comprise.

Quelle soirée trépidante. Les présentations des candidats ont été laborieuses, figées et pas vraiment réussies. Les dix minutes accordées à chacun et les questions posées par deux journalistes (Le Monde et France 2) ont été d'une grande insignifiance. Aucun intérêt. Tous étaient mal attifés, transparents, sans aucune élégance, tristes comme des pantins laborieux. 

Martine Aubry en tailleur pantalon bleu marine n'a osé, comme les autres, aucune couleur et son make-up était aussi épais que sa factice énergie. J'en viens presque à regretter ses anciennes écharpes à la 'Dalaï lama'. Pathétique. Tous étaient d'ailleurs bien trop tartinés. Une vraie pantalonnade funèbre.  Ségolène Royal avec son lourdaud collier de perles a bafouillé son texte de présentation. Elle aurait pu l'apprendre par cœur comme les autres, ça fait plus sérieux.
Arnaud Montebourg nous rappelait que son grand-père était algérien et, que du côté de son père, "on était boucher-charcutier de père en fils". Super. J'en batifole de joie. Je souligne quand même que la boutique en question s'appelait "La maison de la Rosette" et se trouvait en face de la gare d'Autun, mais, ça, il n'a pas pu le dire par manque de temps. C'est dommage. J'aurais bien voulu savoir qui était Rosette. 

C'est ensuite avec une grande sinistrose dans les chevilles que chacun s'est dirigé derrière son pupitre pour le débat. Débattre ? Un jour plus tard, je me demande encore sur quoi… 

Arnaud Montebourg, à la morgue naturelle, a paru très à l'aise. Il est beau mais a les dents jaunes. Dommage. D'ailleurs, ils avaient tous les dents jaunes. A droite, ils les blanchissent, à gauche ils les laissent jaunes. Ca doit être un signe de ralliement. Question d'image à donner ? Ça fait huppé, les dents blanches ?
Bref, Montebourg est décidé. Il est dans une bonne trajectoire. Après nous avoir extirpés du système Guérini avec son rapport-détonateur (nous l'en remercions avec ferveur), il peut maintenant nous sauver des méchants banquiers et remettre tous ces avides souteneurs dans le droit chemin. La crise financière, du balai ! "Mettre les banques sous tutelle", "interdiction de spéculer", "régulation bancaire". "Démondialisation financière pour sauver l'euro". Super. Je vais dormir sur mes deux oreilles.

Jean-Michel Baylet, lui, veut légaliser le cannabis pour "éradiquer le trafic de drogue". Il est shooté ou quoi ? Á mon avis, il a dit ça pour nous faire rire, ou bien c'est un pari. Quel rigolo ce Baylet ! Il paraît que Martine Aubry est d'accord avec lui...

Ségolène Royal nous a fait un copié collé des dernières présidentielles. Lucide, elle déclare craindre un "très gros risque de dispersion des voix". Là, au moins, on peut la croire. Sa meilleure vanne d'hier : "10% des Français s'enrichissent pendant que les autres s'appauvrissent". Et comme on n'est jamais aussi bien servi que par soi-même, elle a fait référence au moins quatre fois à son livre-programme, "Contrat pour la nation". Quel talent ! 

François Hollande se tient au-dessus des cinq autres piteux. Il a l'œil agacé, la calvitie agressive, parle vite, bref est déjà au second tour. Il tient un discours effrayant sur le nucléaire. Il veut démanteler un des éléments d'excellence de la France par le photovoltaïque et l'éolien, passer à 50% (en 2025 !) de production au lieu de 75% aujourd'hui. Martine n'est pas d'accord, mais pas du tout d'accord. "Non François, 'nous' ne sommes pas d'accord !". Pas très à l'aise sur ce sujet, Hollande refusera de dire aux journalistes qu'il ne veut pas que la France sorte du nucléaire.

Manuel Valls a rappelé qu'il a été le seul député à voter contre le voile intégral et qu'il nous 'propose' sa candidature, son énergie, son amour pour la France, "je vous propose ma candidature, mon énergie, mon amour pour la France". Pendant qu'il critique le bilan de Sarkozy, il se porte garant de la sécurité. C'est un tendre Manuel. 

Pour finir, je ne me souviens même pas de la tirade d'Aubry. Je devais dormir d'ennui devant mon écran. Tout ce que j'ai retenu, c'est la tirade de Montebourg sur le sauvetage de la Grèce qui aurait coûté 40 milliards d'euros aux contribuables français et que nous ne pouvons plus payer. Mais il paraît qu'il a gonflé d'un écart de huit millions d'euros… Tous des menteurs, mais je lui donne quand même un bémol.
Demain, dimanche, au 20h de TF1, le grand jour. DSK va confesser sa déchéance. J'attends avec curiosité le score de la chaîne...

Repost 0
8 septembre 2011 4 08 /09 /septembre /2011 22:52

Et bien voilà. C'est presque fait. Jean-Noël Guérini est mis en examen pour "association de malfaiteurs en vue d'un trafic d'influences" par l'efficace juge Duchaine. Le département dormira mieux le jour où il sera mis derrière les barreaux car la bête s'agite encore dans les filets.

Dans la soirée, Martine Aubry en Allemagne où elle se trouvait et en direct sur BFM, nous a appris sa grande ignorance des faits, "je ne connais pas ce dossier, qui est un dossier personnel et qui concerne Jean-Noël Guérini". Elle a rabâché la classique présomption d'innocence, souhaité quand même "son retrait" d'autant plus qu'elle "aspire à être présidente de la république" comme si, par le simple fait de cette candidature, elle effaçait ainsi toutes les suspicions que nous pourrions avoir contre elle. La leader du PS, très agacée par les logiques questions des journalistes, arrache net son oreillette pour mettre fin à l'interview, sort du champ, et part sans un au revoir. Attitude incompréhensible à un tel niveau. On croît rêver. Ca devient pathétique, il n'y a pas que Chirac qui déraille. Mais, revenons à la sortie du tribunal de ce fameux 8 septembre.

Jean-Noël Guérini a l'outrecuidance des mafieux en colère. Il faut le voir, morgue en bannière, déclarer se mettre en congé du Parti socialiste mais pas pour autant démissionner de la présidence du CG. Il délègue temporairement ses prérogatives à son 1er vice-président, Daniel Conte. "Et je reste le pilote et le garant de la politique suivie".

Les menaces, il connaît. Dans ses fréquentations mafieuses on ne parle pas du point de chaînette ou du point de croix mais plutôt de business en se remontant les testicules à pleines mains. Business is business. Il jette donc l'opprobre sur l'impartialité du juge, là, il sait broder.

"C'était un scénario écrit à l'avance", "je ne vous cache pas que je ne dispose pas aujourd'hui de toutes les garanties suffisantes pour exclure tout doute légitime sur l'impartialité de la juridiction. Dans ce contexte je m'interroge donc sur la manière dont est conduite cette instruction, son instrumentalisation et ses objectifs réels". Mais oui, qu'il s'interroge.

Il n'oublie surtout pas "ses amis", ses conseillers généraux, ses chers complices. Les trahisons se veulent mais ne peuvent pas. Car il a évidemment de nombreuses épées de Damoclès qu'il fait plus que jamais gigoter sur leurs têtes. Dans son discours, il les rappelle dans les rangs avec un retour sur sa réélection à la présidence à une large majorité, "mes amis conseillers généraux qui m'ont récemment renouvelé leur confiance avec une large majorité". Hé hé…

"Hollande, Aubry, une omerta scandaleuse !", dixit Renaud Muselier, toujours sur BFM, qui rappelle les 17 mises en examen du juge Duchaine et répète que, depuis deux ans, les deux leaders du PS savaient pertinemment ce qu'il se passait sur les "dix ans du système Guérini". Il souligne le courage d'Arnaud Montebourg pendant que ce dernier, vainqueur solitaire et bien isolé au PS pendant des mois, en appelle devant les dizaines de micros tendus, à "l'assainissement des Bouches-du-Rhône". A mon avis, Montebourg peut se frotter les mains pour les primaires. Il le mérite.

Martine Aubry commence tout juste son chemin de croix. Elle va payer très cher les 120 voix frauduleuses d'Allauch que lui a apportées comme convenu pour l'élire, l'ex-baron du 13, Jean-Noël Guérini. Mais aussi, pour qu'elle se taise... Tout cela mérite bien une coupe de champagne. On boira plus tard la bouteille.

 

 

Repost 0
5 septembre 2011 1 05 /09 /septembre /2011 00:16

Ça y est, la campagne bat la campagne. Pendant les vacances, tous les partis ont graissé leurs barillets et affûté leurs munitions. C'est parti.
Chirac souffre d'anosognosie pour ne pas dire vulgairement d'un Alzheimer et, bien évidemment, ne se présentera pas à son procès. Le pétage de plomb neurologique de l'ancien croqueur de pommes arrive au bon moment, une parfaite programmation méningée. Bravo à lui. À chacun ses pépins. Comme quoi, on peut provoquer 'inconsciemment' un évènement pour contrer ou sauvegarder un autre évènement, regardez Carla et sa grossesse !
Nous retrouvons ensuite notre DSK revenu à un de ses poulaillers, celui de la Place des Vosges. L'homme a maigri, 'l'affaire' a dû le castrer, et il s'est muré dans un silence qui laisse songeur. A-t-il encore l'ambition de revenir sur la scène politique ? Pour lui aussi, les dégâts psychologiques ont dû être ravageurs. On ne tombe pas tous les jours sur un os à plumeau.

Et puis il y a le pauvre Jean-Noël Guérini, acculé, qui montre encore les dents et qui répond sur son blog à Harlem Désir qui demandait sa démission, une pathétique défense. Ils devraient s'entendre pourtant, l'un et l'autre se sont baignés dans les mêmes eaux sales… Un extrait :
" Je n’accepterai pas d’être un bouc émissaire ! Innocent, je me défendrai et m’expliquerai comme je souhaite le faire depuis plusieurs mois sur une affaire que des tribunaux médiatiques expéditifs ont déjà jugé".
"Ont déjà jugé ?"
. Et le COD Jean-Nono ? "que" remplace "affaire", est devant le verbe donc "jugée" qui s'accorde avec "affaire". Allez ouste ! À l'école ! Je vous en collerai moi des exercices grammaticaux comme, par exemple, 
d'apprendre à conjuguer le verbe escroquer que vous connaissez pourtant bien, mais pas encore sous toutes ses formes. Et puis n'allez pas rectifier pour me faire passer pour une menteuse ! J'ai fait une capture d'écran pour preuve, ci-dessous.

Bref, de Martine Aubry, Claude Guéant et toute la clique UMP au Parc Chanot ce week-end, Marseille, grâce à Nono et au rapport Montebourg, intéresse enfin les candidats à la présidence. Quel beau morceau de viande avariée ils se disputent. Les souveraines rédactions parisiennes reniflent le sang, il n'y a qu'à voir comment "Le petit journal" de Barthès sur Canal+ illustre un "Plus belle la vie" détonnant avec Marseille en décor de guerre civile.
Mais la deuxième ville de France ne leur fera aucun cadeau car même l'opium de l'OM n'a plus d'effet sur ses électeurs. Les politiques y sont perçus comme des guignols ou des mafieux et le comédien Jean-Claude Gaudin, pourtant maire, ne fait plus rire avec ses attitudes pagnolesques que le touriste étranger perdu sur You Tube.

Encore quelques jours d'attente. N'oublions pas que Jean-Noël Guérini est "un bouc émissaire" et qu'il est "innocent", parole de Guérini. Je rappelle le contenu de la convocation du juge Duchaine que Nono a fait bizarrement photocopier pour sa trentaine de conseillers (complices ?) présents, vendredi 2 septembre au CG : "complicité d'obstacle à la manifestation de la vérité", "prise illégale d'intérêts", "trafic d'influence", "association de malfaiteurs en vue du trafic d'influence".
Allez Le 8, c'est jeudi prochain. Quatre jours d'impatience.

guerini blog (1)

                      Pti raffraîchissement avec "Complément d'enquête" de France 2

Repost 0
20 juillet 2011 3 20 /07 /juillet /2011 15:55

Sur les stratégies politiques, magouilles et tutti quanti de la fédération PS du 13, tout a été écrit, tout a été compris. Restent quelques secrets chantages détenus par les plus vieux loups qui tomberont tôt ou tard sauf pacte avec le diable. Les infos pullulent sur la blogosphère et sur une tonne de sites réacs. Dénoncer les activités louches et mener des enquêtes sur la scandaleuse fédération du 13, c'est fait. Il y a du journalisme sérieux.
Les journaux, eux, sont en trajectoire de banc de poissons pour traiter une info. Ils suivent le poisson pilote. Dans la réalité, il paraît que c'est faux. Le banc de poissons est un ensemble parfait qui réagit simultanément au millième de seconde. Pas de guide, pas de chef. J'ai toujours été fascinée par les bancs de poissons. Bon, bref. Donc, tout a été écrit et compris sur cette arène politique qui ne sent pas que l'ail et le poisson mais le Ciot en ce moment.

Dans le 13, la fédération PS est une ineptie à elle seule. Les rapports Montebourg et Richard n'ont pas de caisse de résonnance. Ou bien un faiblard geignement apparent qui n'intéresse pas médiatiquement Paris. La capitale ne relaie quasiment pas. Ou à peine. La province, beurk ! Elle ne fait pas vendre. Qui va lire dans le métro parisien que les BDR sont gérées par des réseaux associés au grand banditisme ? Personne. Car tout le monde le pense depuis l'ère Defferre et s'en fout. Même nettoyé, le 13 aura toujours "ça" collé à ses Bouches. Les vieux loups locaux le savent et savourent. Une avenue ils auront longtemps encore.
People oblige, les grandes rédactions pressent jusqu'à la dernière goutte une info percutante comme DSK et sa kyrielle de pseudo viols ou maîtresses qui ne devraient à ce stade là n'intéresser que les TGI. Que la mère de Banon ou ses grand-mères aient couché avec lui ne m'intéresse plus. L'écœurement est à son comble. À Paris, dans le métro, on lit Métro, l'éditeur suédois du journal international qui a lancé le concept du gratuit. Il vient de vendre à TF1 sa filière française… Il est le deuxième journal le plus lu en France et sa grande majorité de lecteurs est à Paris. On leur donne à lire ce type de news pendant le double trajet quotidien en RER et rien que les lignes A et B représentent plus de 3 millions de voyageurs par jour. Á l'aller l'édition du matin, au retour l'édition du soir. Et je ne compte pas le métro et les bus. Cherchez l'erreur….

Ici, la presse locale assure selon l'humeur de ses dirigeants. Le Ravi et Marsactu montent souvent au créneau. La Provence, elle, plonge prioritairement ses unes dans le fait divers, appât de base, et l'édition politique Pays d'Aix ressemble à quelque chose grâce à Alexandra Ducamp qui, seule, bosse ses sujets. Mais le pire existe. Hier encore, je lisais un article complètement faux d'un certain François Tonneau qu'ose publier le chef de rédaction.
Que Jean-David Ciot soit quasiment élu premier secrétaire de la fédération socialiste du 13 en écartant les candidats à ce poste comme Patrice Poli, aux compétences intègres, et que le journaliste Tonneau considère ces candidatures comme des dissidences, il va falloir me l'expliquer ! Et je passe sur les erreurs de date du parcours politique de Patrice Poli qui n'a même pas été contacté pour donner ses idées et expliquer son engagement. Evidemment, Jean-David Ciot est le sujet de l'article ! Un Tonneau de plus chez les loups.
On peut en rire finalement car il est évident que Jean-Noël Guérini est toujours là. Bien là. Il profite des vacances du juge Duchaine… Ciot sera élu le 21 juillet, pas de problème, on a compris. La rentrée politique va être rude. Juillet est déjà pourri et le moral en berne. Ici, avec le soleil, on rêve toujours de griller quelque chose. On est en manque.

Le système Guérini doit tomber. Ses élus plient, il les a si bien enduits. C'est la corruption en bannière masquée. Tant qu'il ne sera pas jeté en prison il aura des centaines de marionnettes comme Jean-David Ciot sous la main. Que dire… Et pourtant il faut encore et toujours harceler le citoyen-lecteur pour tenter de le détourner du vote aveugle pour le parti, son parti, celui par lequel il a misé toute sa confiance politique, partagé et acquiescé ses idées, ses projets, ses engagements. C'est lui qui doit dire qu'il n'est pas d'accord, lui qui doit montrer qu'avec les moyens actuels d'informations il n'est pas dupe, qu'il n'est plus un bourrin malléable. Folie que de réclamer une équité ? Le nettoyage d'une fédération corrompue et dirigée par de vieux renards nauséeux, jusqu'à l'écœurement du pauvre dernier encarté, pourtant intelligent et politiquement bien informé, et qui découvre petit à petit qu'il ne peut pas faire partie de cette utopique famille politique, ce nettoyage est-il vraiment envisageable ? possible ?

 


Repost 0
4 juillet 2011 1 04 /07 /juillet /2011 00:51

Ces derniers jours, je ne savais plus où donner de la tête ! J'étais comme un banc de poissons hystériques. Je passais de l'affaire Luc Ferry à celle de Georges Tron, de la Gay Pride à Wimbledon, applaudissais et pleurais devant la libération de Taponier et Ghesquière, recomptais le nombre de gardes à vue dans l'affaire Guérini (car je suis sûre d'en oublier quelques-unes) et attendais patiemment de voir la robe que le grand Armani avait concoctée pour le mariage de Charlène.
Autant dire que j'étais bien assoupie devant le feuilleton, devenu insipide, de Dallas-DSK. Je me régalais à l'avance des retombées de l'après Nafissatou Diallo pendant que DSK se desséchait comme un anchois dans une prison quelconque. Car je l'avais déjà oublié ce lapin  politique ! J'étais abreuvée d'infos réalistes sur cette extraordinaire et mystérieuse jeune femme, honnête et pauvre, Cendrillon noire en guerre contre un roi crade. Je voyais la sainte Nafissatou Diallo devenue grande icône, que dis-je, idole !, pour la grande cause de la maltraitance féminine en ce vil monde machiste. J'imaginais de grands titres à venir :

"Nafissatou Diallo fait tomber la burqa des afghanes !", "Nafissatou Diallo sort des griffes de l'Agence impériale japonaise la princesse opprimée Masako", "Nafissatou Diallo reçue par le pape pour le faire fléchir sur le mariage des prêtres", Nafissatou Diallo se présente à la présidence américaine !"
 Etc, etc.

Et voilà que tombe l'horrible nouvelle : "DSK, maid is a hooker !"
Comme une bulle on se crève. Les premiers mots qui viennent sont toujours les mêmes : Manipulation, Presse, Justice, Police, Corruption. Le grand écœurement submerge car on sait d'avance par habitude que dans tous les journaux qui vomissaient DSK, chaque rédaction aura ses miteuses explications, si elles nous en donnent une d'ailleurs. Et toujours le mépris total du lecteur qui, lui, paie pour une information fiable, vérifiée, et qui ne peut que répéter ce qu'il vient de lire.

L'affaire DSK va donc se clore. Le minable Cyrus Vance Jr va se faire écraser par ses détracteurs politiques et l'ancien patron du FMI va lancer sa horde d'avocats (dont chaque syllabe lui coûte 1000 dollars) contre l'Etat de NYC pour réclamer une colossale, pharamineuse et indécente somme de dommages et intérêts. Et le grand écœurement reviendra.

Finalement, il vaut mieux continuer à lire des contes de fées aux petites filles. Au moins, elles pourront plus tard faire semblant d'y croire…

nafi-copie-1

Repost 0
26 juin 2011 7 26 /06 /juin /2011 23:26

Vous connaissez l'ASN ? Autorité, Sécurité, Nucléaire ? C'est la haute autorité de la sécurité nucléaire de notre République française. Elle comporte onze divisions territoriales qui informent, règlementent, contrôlent tout ce qui concerne le nucléaire. Et le nucléaire, c'est vaste. Ça part de la centrale atomique à votre dentiste qui vous fait une radio pour traquer une possible carie. Enormes sont ses responsabilités car énormes sont les retombées sur l'environnement et sur notre santé.

 Vous connaissez le World Trade Center ? Oui ? Et bien non ! Ce n'est pas celui auquel vous pensez. Marseille en a un aussi tout à côté du Centre Bourse près du Vieux-Port. Ce n'est pas un ensemble de deux tours mais un immeuble assez moyen pour la ville, haut de quelques étages avec des drapeaux à son entrée. Evidemment on n'est pas dans les mêmes volumes ni dans les mêmes prétentions, mais bon… Le 8 juin dernier, l'ASN de la région PACA et Corse (qui donne trois rapports annuels) organisait une conférence-rapport sur ses surveillances territoriales.

Deux têtes pensantes la présidaient. L'hermétique Laurent Roy, délégué territorial, et la mitraillette Pierre Perdiguier, très jeune chef de la division Marseille. Hermétique, Laurent Roy, par sa grande morgue boudeuse devant les quelques personnes présentes et face aux questions sensées mais pas, et c'est normal, de haute-voltige scientifique. Débit mitraillette, Pierre Perdiguier, qui récitait quasiment mot à mot le rapport distribué à l'entrée de la salle que l'on pouvait lire en même temps que lui.

En gros, après les contrôles sur le CEA Cadarache et surtout sur ses incidents de niveau 1 sur l'ATPu (atelier de technologie du plutonium) et ses fuites de poussières radioactives en octobre 2009 et suite au PV dressé par l'ASN, les opérations de démantèlement ont repris progressivement.
Question :
 - L'atelier incriminé répond-t-il maintenant au niveau de sécurité imposé ?

Réponse du Roy devant le troupeau de pseudo-imbéciles :

 - Il y a encore du retard dans les limites imposées par l'ASN. Les actions correctives et d'amélioration feront l'objet d'un suivi attentif de l'ASN. Point.
On n'en saura pas plus. En fait, les fûts incriminés ont été entreposés (sur le rapport "dans des conditions assurant leur sécurité") sur des emplacements ("espacés selon la distance requise") pour prévenir le risque de criticité.

Question sur les risques sismiques :
- Et le chantier d'ITER ?
Perdiguier passe la vitesse sup'.
- Le CEA de Cadarache qui est vieux de 50 ans a été construit avec les moyens de l'époque et sur les normes du plus grand séisme historique local, à Manosque en 1903, de 5.3 sur l'échelle de Richter. Bien sûr ITER en cours de travaux bénéficie des dernières technologies. 
Traduisez donc que le vieux CEA risque de nous atomiser la cervelle mais qu'ITER, lui, sera sûr de lui. Roy, toujours avec sa tête sinistre, se veut rassurant en nous informant que le risque de tsunami venant de Marseille est nul car trop loin de Cadarache (?) et que l'ASN impose une sécurité multipliée par 5 selon la force d'un tremblement de Terre (?). Personne ne comprend. Un seul ose et pose la question : 
- Je suis très ignorant mais comment peut-on multiplier par 5 ? Il n'y a jamais eu de séisme d'une force de 25 !
Laurent Roy se mord la langue pour ne pas exploser de rire. Il lui répond du bout des lèvres :
- Evidemment ce n'est pas sur ce calcul là ! Nous parlons de puissance. Cela équivaudrait à 0.3 ! Bon. On n'aura jamais fini si on est interrompu sans arrêt. Vous interviendrez à la fin. Shut up ! L'assemblée…

Pierre Perdiguier enchaîne à Mach 1000 pour rattraper le retard en question. Il tresse frénétiquement les missions, les plans d'actions de l'ASN. Tous les débuts de phrases sont "L'ASN maintient un contrôle pour…", "L'ASN reste vigilante pour…", L'ASN maintient un contrôle pour…", L'ASN reste vigilante pour…", "Les résultats de l'ASN sont appréciables compte tenu de…" OK on a compris ! Tout est parfait, une merveille de surveillance implacable, on peut dormir sur nos multiples oreilles mutantes.

Le petit génie arrive maintenant aux contrôles de l'ASN à tous services utilisant les rayonnements ionisants afin de protéger les travailleurs, les patients, le public et l'environnement contre les risques associés. Entendez scanners, radios de tous types, stérilisation pour la destruction à froid des bactéries et moisissures, etc. Et on va plus loin, jusque dans les musées avec le carbone 14 pour les œuvres d'art et vestiges. Donc tout va bien en PACA et Corse ! Aucune fuite quelconque sur (je vous le fais en ordre croissant hors projet ITER en chantier) :

1 ionisateur industriel, 2 ionisateurs de produits sanguins, 4 services de curiethérapie, 14 de radiothérapie, 17 de médecine nucléaire, 69 de scanographie, 20 installations nucléaires de base (INB) sur le site de Cadarache, 96 services de radiologie interventionnelle, 624 sources industrielles et de recherche (dont 200 détecteurs de plomb) 1707 appareils de radiodiagnostic (dont 313 mammographes), 3154 appareils de radiodiagnostic dentaire, cool, tout va bien.

Roy reconnaît quand même qu'il y a une augmentation de plus de 50% depuis 2008 pour "assurer la radioprotection des patients" mais que "l'ASN reste vigilante" (!), entendez que vous êtes de plus en plus irradié alors qu'une seule radio aurait suffi et que les cabinets de radiologie se fichent comme de leur premier atome des doses que vous subissez. Business is business, you see ?
Question :
- Vous voulez donc dire que les patients sont de plus en plus confrontés aux radiations ?

Perdiguier qui aurait mieux fait de ne rien dire :
- Euh… oui. Sachant qu'un seul scanner de la tête aux pieds sur un patient équivaut à la dose annuelle d'un ingénieur nucléaire en cellule de démantèlement… Mais l'ASN reste vigilante !
- Et les conséquences de Fukushima ?

Perdiguier martèle sa phrase type qu'il rabâche depuis le funeste 11 mars dernier et qui est pile poil la même que dans le dossier :
- L'ASN considère que tous les enseignements doivent être tirés de l'accident nucléaire de Fukushima; cette action s'étendra sur plusieurs années mais les premières conclusions seront connues dès la fin de l'année 2011.

Et la question fatale :
- Et l'ensemble des conclusions ?
- Ça prendra dix ans
.
Brouhaha dans la salle. Le rapport langue de bois est fini, Les deux anesthésistes de l'ASN remballent leurs fiches, éteignent le projecteur et plient les panneaux explicatifs.
Rideau. De fumée…

ASN.jpg                                                        Laurent Roy et Pierre Perdiguier au WTC. Photo Cixi-Hélène

Site de l'ASN où le bilan 2010 PACA et Corse n'apparaît pas                                                     
Web :  "Bilan 2010 PACA et Corse, 8 juin 2011" (pas de lien possible pour ce PDF, à télécharger)
 

Repost 0
20 juin 2011 1 20 /06 /juin /2011 00:56

L'idée de Dominique de Villepin, pour cette date anniversaire du 19 juin à République Solidaire, était de réunir ses militants non dans une salle fermée et artificielle comme celle du Palais des congrès, mais plutôt à l'extérieur, dans un endroit agréable, proche de la nature, où les gens se sentiraient à l'aise comme dans les jardins de la Maison de l'Amérique Latine dans le 7ème arrondissement en plein cœur de Saint-Germain.
Dominique a dit. Dominique aura. Dès 9 heures, à la Maison de l'Amérique Latine, siège des Arts, des lettres, de la politique et de la diplomatie, tout le staff rapproché ou lointain (comprenez les bénévoles) prend possession de l'espace en question. A l'intérieur, les salons, salles et couloirs ont bien besoin d'une rénovation mais suintent encore la culture.
Alors que Dominique chez lui doit tout juste sortir de sa douche, techniciens, agents de sécurité, service de com' se mettent en place et gèrent leurs fonctions.
Laurent Tessler, trésorier de RS, met son équipe en place et Brigitte Girardin, secrétaire générale, en tailleur pantalon rose et top bleu marine, toujours aussi désagréable, assure la gestion de l'évènement. Il se murmure que beaucoup de critiques s'élèvent contre sa "nature" et sa vision "particulière" de la gestion très dégradée.
A 10h30 les gens affluent. Des centaines de chaises ont été installées dans le jardin. Il fait froid. Le temps menace. Les interventions des soutiens politiques des régions commencent sur une terrasse improvisée comme estrade et enchaînent le bla-bla-bla classique et sans intérêt fait pour faire monter la fièvre des militants. Raté. Dominique a eu une mauvaise idée. C'est la broncho-pneumonie qui guette les plus faibles. Le tonnerre gronde et quelques gouttes tombent vite rejetées par le vent qui pousse les nuages. Tout le monde frisonne. Prévenant, Laurent Tessler est inquiet pour le père de Dominique présent qui se plaint du froid et craint de ne pas tenir jusqu'à l'arrivée de son grand fiston. Si un drame lui arrive, on saura d'où ça vient…
11h, les médias sont venus, shootent dans les jardins les têtes connues. Il y a même un journaliste japonais qui a fait spécialement le déplacement de Tokyo pour entendre Dominique. Il achète un tee-shirt souvenir. "La France est un pays d'alternance !" dit-il, inquiet pour notre avenir mais serein sur les lendemains de Fukushima...
L'équipe du Petit Journal est là. J'adore ! Inconditionnelle je suis. Ils ont ferré deux proies, un homme, et une femme blonde hyper botoxée toute émoustillée d'avoir été choisie par Canal+. Elle répète à qui veut l'entendre après cette interview des "Oh la la ! Je me suis fait piéger par Canal+ ! Oh la la ! Canal+ !". Elle n'a pas l'air d'être consciente que ce sont les géniaux fourbes de Yann Barthès qui l'ont questionnée ! Selon le montage, je m'attends au pire pour elle et au meilleur pour moi. J'en frétille à l'avance.
Midi, Dominique arrive non pas par l'entrée classique mais par les jardins. Ce n'est quand même pas l'entrée triomphale avec les Black Eyed Peas choisie par son fils Arthur à la Halle Frayssinet lors du lancement de son parti. On est dans le soft bucolique.
Veste bleu marine, pantalon gris, micro en main, sans discours écrit et sans prompteur. Récitation parfaitement acquise pour la campagne. Barthès pourra faire ses copier-coller sans problème.
Du revenu citoyen à 850€/mois au mariage gay dont il est preneur avec une sorte de belle-famille conseil pour les adoptions "car seul importe le bien-être de l'enfant !", il citera Candide, La Fontaine, La princesse de Clèves et j'en oublie. D'ailleurs un de ses intervenants un peu plus tôt a bien souligné l'ignorance de Nicolas Sarkozy et s'est exclamé sous les faiblardes hués des congelés : "Le prochain président de la République devra avoir lu ses classiques !". Ah ! Ah ! Qu'est-ce qu'on rigole...
Sous la pression de Cleartream et dans l'attente du délibéré en septembre, les soutiens qui se défaussent, les sondages qui baissent, se rajoutent la séparation et l'éloignement de son épouse Marie-Laure, Dominique de Villepin semble touché. Mais ne criez pas trop vite victoire. Il a toujours son alliance au doigt.

 

alliance.JPG                                    

 

petit journal                         Trois des adorables journalistes du "Petit journal" de Yann Barthès, au travail, sur place.

Lien sur cette séquence tournée : "Alerte ! Une nouvelle variété de militants vient d'être découverte par le Petit journal : le militant de République Solidaire ! (Facebook)


medias 

                                                                                                        Photos C-H

Repost 0
15 juin 2011 3 15 /06 /juin /2011 01:50

Alors vraiment, les bras m'en tombent ! On est dans le grotesque, l'abracadabrant stupéfiant, le burlesque, le carnavalesque ! La requête de Lucien-Alexandre Castronovo concernant le contrat de collaborateur de cabinet (au poste de directeur) d'Alain Joissains est rejetée par la Cour administrative d'appel !

Conseiller municipal d'opposition sous le premier règne de Maryse Joissains (actuelle maire UMP), Lucien-Alexandre Castronovo dénonçait en mai 2005 auprès du Tribunal administratif le contrat plus que litigieux établi par cette dernière à son époux, Alain Joissains, au mépris des indices de rémunération. Ce contrat de 475.778€ (au lieu de 307.972€ soit un surpassement de plus de 35,27%) à ronronné pendant sept ans bien au chaud dans la chaumière Joissains.

Manque de bol, l'élu Castronovo est venu mettre un bon coup de pied dans cette merveilleuse quiétude en déposant une requête devant le Tribunal administratif. Elle fut jugée recevable par le TA fin octobre 2008 qui annula le contrat en question et ses avenants en suivant les conclusions fermes du rapporteur public. Là, on est dans une logique plus qu'évidente tant les preuves, documents officiels apportés par LAC et soumis au TA ne pouvaient semer le moindre trouble ou un doute quelconque.

Pour sauver son portefeuille, appel de la Ville, Alain Joissains accède au dossier en tant qu'observateur.
Audience du 15 avril 2011. Les conclusions du rapporteur public ne varient pas :
Coup de théâtre. Balayées les conclusions "sans appel" du rapporteur public ! Arrêt de la Cour d'appel qui rejette pour des motifs ridicules et totalement ineptes la requête pourtant jugée recevable une première fois.

Un : une erreur technique (indépendante du fond du dossier et imputable au greffe du tribunal).
Deux : un conseiller municipal n'a pas le droit de porter une telle requête (?)
 Castronovo ne justifie pas d'un intérêt suffisant lui donnant qualité pour agir à leur encontre ; que sa requête devant le tribunal a

 On cauchemarde ! Un élu ne peut pas dénoncer des pratiques litigieuses sur l'argent public ? Je rêve ! On est bien en 2011 ? Sous quelle république sommes-nous ? Comment des magistrats de tels niveaux peuvent-ils s'abaisser à de tels motifs... Pressions ? Lâcheté juridique ? Que cherchent-ils ? La décision en cassation du souverain Conseil d'Etat ? Ou bien et je n'y avais pas pensé, ils s'amusent ! Car c'est une parodie, n'est-ce pas ? Une pâle copie du Petit journal de Yann Barthès, bref, une franche rigolade entre eux ou, au pire, à défaut d'être neurologique, un bug informatique d'huissiers en grève ? Non ?

Tiens, et ceux là ! Brice Hortefeux en appel a été relaxé pour ses propos discriminants. La CJR rejette une demande d'enquête sur Claude Guéant donc blanchi pour ses paroles associant immigration et criminalité. Charles Pasqua est relaxé en appel dans le procès de l'Angolagatelink. TOUS INNOCENTS !

                                                                   ------------------

Lien sur l'arrêt de la Cour administrative d'appel.

 

Février 2015 : Le contrat est enfin tombé                                                        -----------------

                                  

 

Suivez-moi sur Twitter ! @Cixi_Helene

Repost 0
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 23:00

Dans le gros navet insipide de Xavier Durringer, 'La Conquête", après le départ de l'infidèle Cécilia Sarkozy dans les bras de Richard Attias, Dominique de Villepin aurait dit cette phrase idiote qui lui revient aujourd'hui en boomerang : "Quand un homme ne sait pas garder sa femme, comment peut-il garder la France ?". Mauvais choix Dominique. Par principe, à un tel niveau, la vie privée ne doit pas être officiellement soulevée. Et puis, une épouse est un grand atout de campagne.
Séisme dans la stratégie envisagée. Marie-Laure de Villepin se sépare de son époux. Comme Cécilia, celle-ci n'était pas pétrie d'ambition politique.

On se souvient de l'image unique de cette superbe famille sans accrocs en union bataillon devant les chefs d'accusation du procès Clearstream. L'image fait désormais partie de Wikipedia, comme celle de Marie-Laure, heureuse de quitter Matignon avec cette fameuse veste créée pour l'occasion et en secret de Dominique par Franck Sorbier. Comment pouvait-elle croire que son époux élevé au biberon politique se sèvrerait de ce monde là ? 
Je n'en doute pas. La séparation avec DDV n'a pas dû se faire légèrement. Les enfants sont grands. Et puis le rouleau compresseur de l'affaire Clearstream a été déterminant. "On a été broyés ! On a vécu des moments terribles…"
Marie-Laure n'a jamais supporté les dorures de Matignon où elle "s'ennuyait des heures devant un plateau d'argent" ou au quai d'Orsay où elle préférait discuter dans les cuisines avec le petit personnel. Son C.A.P de dorure l'a bien plus passionnée que le discours que fit Dominique devant l'ONU et les mondanités (sauf artistiques) où se côtoient Carla et Bernadette ne pouvaient qu'attirer dans ses méninges un bovarysme chronique. A chacun son cap.

Le couple connait bien Aix. En 2009, Dominique reçoit des mains de son amie, Paule Constant, le Prix des Ecrivains du Sud pour son ouvrage Hôtel de l'insomnie. Il y a deux ans, Marie-Laure y exposait dans les jardins de l'Hôtel de Belcodène rue Victor Leydet, ses magnifiques coco-fesses pour les Flâneries d'Art dans les Jardins Aixois qu'organise tous les deux ans l'acariâtre et poussive Andrea Ferréol.

 D'un abord très simple et élégant, il est évident que Marie-Laure Viébel s'est trouvé un domaine où elle pense pouvoir enfin s'épanouir. Elle a eu six mois pour préparer sa sortie. Sur le site de République Solidaire du 09.03.2011, un manifeste. Son manifeste. Je l'espère non dicté ou négocié par son époux…
Pour garder une vie privée, elle imagine l'épouse d'un président de la République cédant sa place au côté du président (ou présidente) à une importante personnalité féminine vouée à une grande cause qui bénéficierait pendant un an de tous les déplacements officiels :   

"Pourquoi ne pas imaginer qu’au côté du président de la République française, pour les réunions officielles, protocolaires, les déplacements à l’étranger, figure, pendant un an, une personnalité féminine éminente, impliquée dans une grande cause concernant toutes les femmes de France (et cela, donc, cinq fois de suite).  Ce serait une formidable occasion de placer un projecteur, tant au niveau national qu’international, sur un enjeu majeur de société. Du coup, l’épouse du Président resterait l’épouse du Président à titre privé.
Cela ne l’obligerait à renoncer ni à sa vie personnelle ni à ses activités professionnelles. Néanmoins, elle resterait libre de s’impliquer, si elle le souhaite, dans une cause de son choix. Imaginons que le prochain Président soit une femme. Appellera-t-on son conjoint « le premier homme de France » ? Étrange et drôle, même… Enfin, s’il y a une première dame, y a-t-il une deuxième, troisième, donc… « dernière » dame de France ?"

Il y a quelques jours, DSK commettait la faute tant attendue par Nicolas Sarkozy. Ne lui avait-il pas donné le FMI sans avoir une petite idée là-dessus ? Embellie. Ou bien les fées penchées sur son berceau, assez distraites ces derniers temps, se sont enfin réveillées.
Autre bonheur
. L'ex-premier ministre aux 5% potentiels, Dominique de Villepin, conquérant pour le poste suprême, à la longue et sage construction d'une image familiale irréprochable, au père profilé comme un Joseph Kennedy à la française, se fait lâcher par son épouse qui n'a jamais supporté la pachydermique pression du pouvoir politique.
Nicolas Sarkozy 
a connu ça lui aussi, mais Cécilia est partie rejoindre un magnat de la com alors que Marie-Laure rejoint ses cocos fesses et renaît dans un atelier niché au fond d'une impasse du 17ème parisien.

Cette désertion conjugale inespérée fait sauter une nouvelle autre bouteille de champagne dans les mains du président en campagne. Quelle aubaine ! Nicolas savoure. Chaque bulle compte. Son image, il en connaît maintenant la valeur. Il la faut, sobre, rassurante, calme, merveilleusement auréolée d'une épouse enceinte, une image qui sera largement traitée dans les hochets à venir, celle aussi de celui qui a su tenir le choc de la crise financière et qui tapotera toujours avec la même fraternité les épaules de ses homologues internationaux.
Allez, encore une petite coupe. Dormez braves gens ! Je veille sur vous. Je vais continuer à régner. Et n'oubliez pas de ne pas manquer tous les soirs "Plus belle la vie" pendant les actualités...
 

De nouveaux lendemains inespérés provoqués par la bourde cataclysmique de DSK à NYC, le libertinage suspect d'un Georges Tron, ouvrent une large porte à la condition féminine en France. Le profil bas de certains le prouve. Dautres en profitent comme Jean-François Kahn et son scandaleux "troussage de domestique", qui, présent sur tous les plateaux, hier sur Canal+, s'en sert de promo pour son dernier bouquin et nous fait croire qu'il regrette ses propos, dit démissionner du journalisme, lui, pourtant à la retraite depuis son départ de Marianne…
Dans les mois à venir, l'attitude de la presse française va être prépondérante. Ou elle joue le jeu et s'engouffre dans la lutte contre le machisme et toutes formes de sexisme, ou elle continue son ronronnement auprès des élites politiques. A quand le dépoussiérage ?

Repost 0