Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog D’Opinion D’ Hélène Pastore, Politique, Culture, Sur Tous Les Fronts...

  • : CIXI-HELENE
  • CIXI-HELENE
  • : Site d’Hélène Pastore, en pause mais pas arrêté ;))
  • Contact

Texte Libre

BONNE  ANNÉE  2017 !! ;)))

Suivez-moi sur Twitter : @Cixi_Helene (renvoi sur FB)

une-charliehebdo-14.jpg

        Charlie 7 janvier 2015 

         Soutien indéfectible 

Agenda culturel local

Programmations actuelles

---lA CRIEEéjpgThéâtre de La Criée 

 

----theatre-du-gymnase-1368539733-28130Les Théâtres de Dominique Bluzet

 

-----silojpg-copie-1.jpgLe Silo 

     

-----pav-noir.jpgPavillon Noir 

Stats du blog

Malgré sa longue pause, le blog a quand même en moyenne + de 300 visites/j avec des pics selon l'actu. Soit 10.000 visiteurs uniques /mois

Les articles les plus lus en 2016 :

1 : Trets, les Féraud, et la secte Soka Gakka

 2 : André-Pierre Gignac, carton rouge pour une poussette

Commentaires les plus lus en 2016 :

1 : Trets, les Féraud, et la secte Soka Gakkaï

2 : Sophie de Menton, Franck Tanguy, les affreux 'GG' de RMC  !
 

 

Messages permanents

identifiant du blog : Hélène Pastore. Ne pas confondre avec Hélène Pastor assassinée à Monaco...

Le modérateur est mis ou retiré selon la teneur des articles. Ceux qui seraient dégradants, insultants sont immédiatement retirés ou non publiés. Par temps de pause du blog les commentaires ne sont pas activés.

- Petit marché minable, au sujet du pillage par le journal La Provence édition Pays d'Aix (Nicolas Rey rédacteur en chef) par Romain Capdepon de mon article exclusif sur André-Pierre Gignac  sans même me sourcer (qui a fait le tour  des médias européens en quelques heures jusqu'au plateau de Canal+ le soir même info relayée au nom du journal La Provence), le directeur de publication, Philippe Minard, a été contacté par lettre en AR mais n'a pas daigné me répondre... Je n'hésiterai pas à donner toutes suites prévues par la loi à la moindre récidive.- La Cour de cassation vient de défendre les droits de libertés de la presse aux blogs, mêmes anonymes, Article sur le site RUE 89.

- Messages de remerciements : Je remercie chaleureusement tous ceux qui m'ont soutenue pour la tempête provoquée par l'article 'Trets, les Féraud, et la secte Soka Gakkai" , mails et commentaires sur ce blog (je n'autorise plus les nouveaux commentaires sur cet article, agréables ou insultants). Merci entre autres aux big boss nationaux Jacques Rosselin  Alexandre Piquart (Le Monde). Pour info, Jean-Claude FERAUD, UMP, toujours maire de Trets, n'a jamais été inquiété ni même interrogé par la presse locale bien trop peureuse de s'attaquer à la Soka Gakkai. L'article est un des plus lus quotidiennement dans le blog.

Je remercie infiniment mon avocat et ami Maître Benoît Petit pour son total investissement et son engagement sans faille dans mon assignation intentée par la Soka Gakkaï en 2010. En effet, la SG se portait partie civile en portant plainte pour diffamation pour mon article Trets, les Feraud, et la secte Soka Gakkaï  - Détail :

- Procès du 15.02 2013 au TGI de Paris (17eme chambre), décision du 29.03.2013, je suis relaxée  
- Appel de la SG : audience le 29.01.2014. Le 27.03. 2014 la Cour d'appel de Paris confirme la 1ere décision
- Pourvoi en cassation de la SG le 28 mars 2014


Le 19.12.2014 / ORDONNANCE DU PARQUET DE LA COUR D'APPEL, 34 RUE DES ORFEVRES, 75055 Paris :

-l'Association culturelle Soka Gakkaï et l'Association culturelle du bouddhisme de Nichiren, parties civiles, se désistent du pourvoi par elles formé le 28 mars 2014 contre un arrêt de la Cour d'appel de Paris, chambre 2-7, en date du 27 mars 2014 contre Mme HELENE PASTORE du chef de diffamation publique envers un particulier-  Procès gagné ! Mon article est donc protégé par un jugement de justice de mon pays. 

Je remercie Marianne de m'avoir publiée ainsi qu'à l'équipe de Jacques Rosselin pour avoir sélectionné mon blog parmi les 100 meilleurs blogs féminins de France

 

16 avril 2011 6 16 /04 /avril /2011 13:08

Je ne résiste pas à vous faire lire cet article, un peu long mais très instructif, de Lénaïg Bredoux, sur le site de Médiapart. Une mise au point sur le "vrai" candidat Hulot que beaucoup d'écolos portent aux nues... 

   

nicolas-hulot

                                            

                                    De TF1 à EDF- Les liaisons dangereuses de Nicolas Hulot

Tout un symbole pour une fondation intimement liée au nom du célèbre animateur depuis sa création en 1990. Il s'y est entouré de proches, voire d'amis, dont certains ont aussi franchi le pas de l'engagement politique, comme Annabelle Jaeger, ancienne de la FNH et conseillère régionale EELV en Paca. «Il y a vraiment une cour autour de lui, son esprit est partout, on l'appelle Nicolas, on le tutoie, même quand on ne le connaît pas... C'est à ça qu'on reconnaît les vraies stars», témoigne Frédéric Denhez, journaliste indépendant et ancien collaborateur de la FNH.

L'actuelle directrice générale, Cécile Ostria, est bien consciente de cette Hulot-dépendance. «On sera pas écoutés de la même façon, il faut pas se leurrer. Le départ de Nicolas ne sera pas neutre», explique-t-elle. «Jusqu'à présent, la fondation a vécu sur la popularité d'une personne, même si elle s'est étoffée en matière de compétences ces dernières années», avance aussi le concurrent Greenpeace France, par la voix de son directeur général Pascal Husting.

Mais c'est surtout la manne financière qui pourrait se tarir. «On se pose la question. On a ouvert un livre d'or en appelant au soutien de la fondation. Le gros point d'interrogation porte sur les particuliers, on verra dans six mois», explique Cécile Ostria. Elle a reçu quelques messages – «qui se comptent sur les doigts d'une main» – de donateurs qui ne veulent plus payer pour la fondation. Elle attend aussi les réponses des ministères pour les subventions publiques. Mais le mécénat, lui, semble assuré.
Hulot a fait la tournée de ses partenaires privés avant d'annoncer sa candidature, «Vinci, EDF ou L'Oréal», énumère la fondation, pour s'assurer qu'ils continuent à financer la FNH. «Les gros partenaires se sont déjà engagés pour la suite et aucun ne va rompre les accords en cours. On en a même de nouveaux qui arrivent», explique Cécile Ostria. Les discussions sont ainsi bien avancées pour un partenariat de cinq ans avec Veolia.


                                                       "Les mécènes du CAC 40"

L'enjeu est vital pour la FNH qui, dès ses débuts, s'est essentiellement financée grâce aux dons d'entreprises privées, y compris quand elles étaient de gros pollueurs. Rhône-Poulenc – dont l'ancien directeur de la communication, André de Marco est actuellement conseiller auprès de la direction de la FNH –, Alstom ou Norauto ont compté parmi les mécènes. Actuellement, trois «fondateurs» siègent au conseil d'administration – EDF, L'Oréal et TF1.

On retrouve aussi parmi les donateurs les autoroutes Vinci, Bouygues Telecom, les hôtels Ibis ou les piles Duracell. Les publicitaires sont aussi très présents, comme Publicis ou JCDecaux. Le vice-président de la FNH, appelé à prendre la succession de Hulot dès vendredi, Pierre Siquier, est aussi le patron d'une agence de pub, Ligaris, et ancien du secteur TBWA Corporate. Au total, les entreprises portent «70%» du budget d'environ 5 millions d'euros en 2010 (le reste étant pris en charge par les dons et legs des particuliers (18%) et par les subventions publiques (12%), selon la FNH).

Mais c'est aussi là que le bât blesse pour Nicolas Hulot, accusé par les partisans de la décroissance d'être lié au CAC-40 (voir le pacte contre Hulot), mais aussi par Corinne Lepage par exemple, auteure en 2007 d'une tribune acerbe sur le journaliste-aventurier. L'animateur d'Ushuaia est, en vrac, accusé d'avoir longtemps été silencieux sur le nucléaire (sa priorité a longtemps été la diminution des énergies carbonées), sur les industries chimiques ou le pétrole, et d'être bien mou sur le contrôle de la publicité. Sa fondation a d'ailleurs été épinglée dans un rapport parlementaire récent, consacré aux associations de protection de l'environnement. Coécrit par la socialiste Geneviève Gaillard et l'UMP Jean-Marie Sermier, il ne remet pas en cause le principe du mécénat d'entreprises mais s'en prend à la présence de certains groupes au conseil d'administration de la FNH.
 

«EDF est une entreprise de pointe dans le secteur nucléaire. Quant à L'Oréal, elle est classée parmi les groupes de cosmétiques dont les produits font l'objet de test sur les animaux, au grand désarroi des opposants à la vivisection. Dès lors, comment interpréter, par exemple, la position très mesurée de Nicolas Hulot sur l'énergie nucléaire? Quel poids donner à sa parole sur les activités principales de ses deux administrateurs, dont vos rapporteurs ont appris que l'un d'eux finance la fondation à hauteur de 10 % de ses ressources?», écrivent les députés.

La Fondation a répondu en détail, démentant l'expérimentation animale chez le géant des cosmétiques et jurant qu'«à aucun moment, notre liberté de parole ou d'action n'a été soumise à des tentatives d'influence de nos partenaires». Quant à eux, les deux parlementaires, interrogés par Mediapart, persistent et signent et prévoient d'approfondir leur mission d'information dans les mois qui viennent.

Hulot sur France Inter jeudi matin s'est de nouveau défendu: «Lorsqu'on crée une fondation (...) il faut des moyens pour agir. Les moyens, soit vous en avez dans votre fortune personnelle, soit vous allez toujours frapper au porte-monnaie des Français, soit vous allez demander aux entreprises de contribuer à cette mission pour peu que votre indépendance ne soit jamais prise en défaut. Et mon indépendance n'a jamais été mise en défaut.»

Beaucoup de ceux qui ont approché Hulot en conviennent. Husting de Greenpeace France, qui s'enorgueillit pourtant de ne jamais faire appel à la générosité des entreprises, affirme qu'il «n'a jamais eu l'impression que les partenaires financiers avaient une quelconque emprise sur les principales lignes directrices de la FNH». D'ailleurs, rappelle-t-il, «Hulot compte aujourd'hui parmi les écologistes les plus radicaux. Il vient d'un monde bling bling et il a évolué vers un monde critique».
«Pour faire de grosses campagnes, l'argent des particuliers ne suffit pas. L'appel aux entreprises est la seule solution, avance de son côté Arnaud Gossement, avocat et ancien porte-parole de France nature environnement (FNE). Il peut bien sûr arriver qu'une entreprise fasse comprendre au président ce qu'elle souhaite... Y'a des coups de fil, c'est sûr, mais après, dans les faits? La FNH a-t-elle fait un truc pour EDF?» Certes Hulot a longtemps été sur la réserve au sujet du nucléaire, mais il a évolué, se défend-il aujourd'hui.

La FNH a toutefois connu quelques déboires avec ses sponsors. Ainsi, elle a mis fin à un partenariat avec la marque Repère de Leclerc en 2006: «On ne s'est pas entendus», explique Cécile Ostria. Notamment parce que la FNH refusait de voir son logo ou la bouille de Hulot sur des produits de la marque et que Leclerc refusait de distribuer un guide pour les consommateurs, où figurait une défense du commerce de proximité.

hulot.jpg

                                                                Les royalties et TF1

Mais les liens de Hulot avec le monde des affaires ne s'arrêtent pas là. Ils commencent même ailleurs, en l'occurrence avec TF1, dans l'exercice même de son métier d'animateur d'Ushuaïa. Pour quatre émissions par an, il touche un salaire de 30.000 euros par mois «environ», selon un de ses proches, l'avocat Pascal Durand. Les discussions sont toujours en cours avec la chaîne – elles ont parfois été très tendues – mais le principe est acté: Hulot ne présentera plus son émission fétiche et ne touchera plus un centime – du moins le temps de la campagne. «Tout revenu est interrompu et la forme juridique est en train d'être définie», a-t-il expliqué jeudi. Il pourrait bénéficier d'un congé sans solde.
Reste la question de tous les produits dérivés Ushuaïa, des gels douche aux lunettes, en passant par certains modèles de voiture (sic), la chaîne de télé dédiée (Ushuaïa TV) et même un magazine du même nom. Au total, 17 contrats de licence ont été signés par TF1, propriétaire de la marque, selon la journaliste Bérengère Bonte dans son livre Sain Nicolas.

En vingt ans, Ushuaïa est devenue une véritable machine à cash pour la chaîne privée, à qui la griffe rapportait 100 millions d'euros par an en 2005, mais aussi pour l'animateur, qui touche des royalties. Lui jure n'avoir jamais demandé à les percevoir, ni n'avoir rien négocié.
Mais, selon plusieurs sources, il s'agit plutôt d'un deal entre TF1, qui voulait financer les émissions très coûteuses, l'animateur, qui voulait les présenter, et les industriels, dont certains sont devenus – en échange, en quelque sorte – les bailleurs de fonds de la FNH. C'est notamment le cas de L'Oréal, qui commercialise les gels douche Ushuaïa et compte parmi les «fondateurs» de la Fondation.
Au final, Hulot amasse ses royalties – estimées à «250.000 euros les bonnes années», selon Durand – et ses droits d'auteur (pour ses livres ou ses films) dans une petite société – Eole Conseil –, domiciliée dans le XVIe arrondissement de Paris et dont il détient 4.127 parts sur 4.131. Les quatre restantes sont détenues par deux de ses proches, selon les statuts disponibles au tribunal du commerce.

La pratique est loin d'être exceptionnelle. Pendant plusieurs années, Hulot s'est d'ailleurs plié aux règles de transparence fixées par la loi et a régulièrement publié les comptes d'Eole –du nom de son chien décédé – auprès du tribunal. Ainsi en 2009, le chiffre d'affaires a progressé de près de 6% sur un an, à 714.917 euros, pour un bénéfice net de 393.039 euros. Au total, la situation nette de la société atteignait au 31 décembre 2009 2.440.185 euros. Mais pour 2010, le bilan n'est pas disponible. Pas plus que pour l'année 2007, quand Hulot avait envisagé se présenter à la présidentielle avant d'y renoncer. La journaliste Bérengère Bonte note d'ailleurs qu'au fil des années, les documents publiés par Eole sont «plus elliptiques». «Visiblement Hulot change progressivement de stratégie concernant la transparence de son business», écrit-elle. «C'est une drôle de coïncidence... Que fait-il de son argent? L'utilise-t-il pour financer ses activités politiques?», s'interroge un militant écologiste, sous couvert d'anonymat. 

Hulot promet que les royalties qu'il touchera le temps de la campagne seront intégralement reversées à des ONG. Et l'avocat Pascal Durand promet que les comptes 2010 seront publiés avant le 30 juin, la limite légale (sous peine d'amende). Il insiste: «Il y a beaucoup de fantasme autour de tout cela. C'est un salarié qui gagne très très bien sa vie, mais il est resté salarié, il n'a pas une société commerciale, il ne fait pas de business. Il ne vit pas dans le monde du fric. Le Nicolas que je connais n'a rien à voir avec les premiers cercles.» Il navigue en revanche parfois dans les mêmes eaux.

                                                                    -------------------------

Partager cet article

Repost 0

commentaires

JoelenR 21/04/2011 21:12



@Cpolitic


je ne vois pas pourquoi on ne ferait pas confiance à Henri Proglio ! La centrale de Fessenheim mise en service en 1978 a été modernisée en permanence, il est évident qu'elle n'est pas restée au
même état qu'à sa création!! Le parc français est un des plus sûr au monde compte tenu évidemment des ses très faibles risques sismologiques. Mordre à tout bout de champ  quand on ne connait
pas certains domaines est stupide! il faut aussi laisser faire les intelligences faire leur boulot et à un moment donné, faire confiance; votre discours n'est qu'un discours politiquement
catastrophique à l'obscurantisme redoutable



cpolitic 21/04/2011 14:16



@joelenR


Devant la bêtise du commentaire vu après coup: "Alors que fait-on si on n'a plus, nos portables, du gaz de schiste, du carburant, de la lumière, du nucléaire, des OGM, de la technologie
avançée, on fait quoi ?????"


Nous devons maintenons décider de sortir du nucléaire pour en sortir dans 20 ou 30 ans. Arrêtez donc d'insinuer que nous allons couper le jus du jour au lendemain.


Le principe étant de jamais mettre ses oeufs dans le même panier...surtout quand ce panier est radioactif!


 


Vous faites confiance à Proglio, qui a osé dire que toutes nos centrales sont dans un état excellent?


 


On ne veut pas de zone interdite d'un rayon de 20-30km en France. C'est tout!



cpolitic 21/04/2011 14:12



Pas de souci. Vu le dernier article ;-)



tinvert 19/04/2011 20:52



pauvre Hulot ! a qui faire confiance ! pour résumer il nous reste qui à l'Ecologie ?


Eva Joly ? une ancienne  juge incapable de parler correctement devant un micro tendu ?


moi je voterai Nicolas Hulot


c'est peut être le moins pire


 



Adagio-cantabile 18/04/2011 18:28



Nicolas Hulot est une baudruche médiatique qui profite de sa notoriété pour rentrer dans la course à la présidentielle. Soit, c'est son droit. Il ne sera qu'un de plus pour la "course à
l'échalote". C'est dire si la place est bonne ! Mais ce qui est plus gênant c'est le double langage qu'Hulot utilise depuis des décennies ; miroir aux allouettes pour les couillons boboisés qui
croient en toute sincérité que ce petit marquis du PAF est un écolo, un vrai ! Rien de plus faux Hulot est un homme d'affaires qui après avoir surfé sur "la découverte de l'arche perdue de notre
planète mise à mal par ses petits camarades du CAC 40", surfe maintenant, sur la vague du "green-business", c'est très tendance et c'est juteux. C'est une véritable mane pour les entreprises
multinationales dont Hulot se fera le chantre, n'en doutons pas. Il s'agit du capitalisme vert, petit frère jumeau du capitalisme pur et dur, l'autre !Les concepteurs et managers du "Green
Business" ont trouvé en Hulot un porte-parole idéal, une parfaite illusion, une sorte de faire-valoir pour instaurer leur futur projet soit disant écologiste, en fait une sorte de fascisme vert
que les écologistes, les vrais, les engagés, rejettent d'ores et déjà. Nicolas Hulot n'a aucun état d'âme pour nous fourguer sa camelote-salade, surtout si elle fait des profits et des actions en
bourse. Comme le démontre cet excellent article de Médiapart.


EDF, L'OREAL, TF1, pollueurs ? Hulot n'en a rien à fouttre, du moment que les multinationales  crachent au bassinet pour sa fondation ! Pour ceux qui vraiment auraient encore des doutes sur
Hulot, il suffit de se reporter aux vives critiques qu'il a toujours engendrées de la part des écologistes militants. Nicolas Hulot résume à lui seul, le fourre-tout médiatique du mot "Ecologie",
particulièrement galvaudé. Hélas, la notoriété Hulotesque, lui apportera suffisamment de voix, pour en faire sinon un président, du moins un potentiel ministre de l'Environnement par un
gouvernement quelconque. Au secours ! 



JoelenR 17/04/2011 18:38



Allègre vient de dire sur France 5 qqchose que la plupart des écolos ne supportent pas qu'on leur dise .


- Alors que fait-on si on n'a plus, nos portables, du gaz de schiste, du carburant, de la lumière, du nucléaire, des OGM, de la technologie avançée, on fait quoi ?????


ON RETOURNE A NOS PEAUX DE BETES ??????????


quand on était 2 milliards d'êtres humains l'écologie ne se posait pas, évidemment maintenant, elle se pose, mais posons là intelligent et pas comme des intégristes de bases ! Je trouve les
écolos encore plus réacs que les FN !



romain 17/04/2011 18:22



d'accord avec Cpolitic, je suis déçu moi aussi, mais bon ça vous arrive pas souvent le copié collé, cette fois ci je vous pardonne


ça n'empeche pas que l'article de Médiapart est interessant et que Nicolas Hulot est pour moi rien d'autre qu'un riche homme d'affaire bien malin avec l'écologie en fond de commerce



cpolitic 17/04/2011 17:39



Déçu de ne pas avoir un article à votre sauce!



Cixi-Hélène 17/04/2011 18:04



Merci CPolitic ! Le copié-collé c'est pas mon truc, je sais, mais parfois, le temps manque et j'ai trouvé cet article très complet même s'il ne grince pas
assez et manque de poivre... Et je n'ai pas votre talent quotidien, preuve sur votre blog que je
consulte tous les jours