Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog D’Opinion D’ Hélène Pastore, Politique, Culture, Sur Tous Les Fronts...

  • : CIXI-HELENE
  • CIXI-HELENE
  • : Site d’Hélène Pastore, en pause mais pas arrêté ;))
  • Contact

Texte Libre

BONNE  ANNÉE  2017 !! ;)))

Suivez-moi sur Twitter : @Cixi_Helene (renvoi sur FB)

une-charliehebdo-14.jpg

        Charlie 7 janvier 2015 

         Soutien indéfectible 

Agenda culturel local

Programmations actuelles

---lA CRIEEéjpgThéâtre de La Criée 

 

----theatre-du-gymnase-1368539733-28130Les Théâtres de Dominique Bluzet

 

-----silojpg-copie-1.jpgLe Silo 

     

-----pav-noir.jpgPavillon Noir 

Stats du blog

Malgré sa longue pause, le blog a quand même en moyenne + de 300 visites/j avec des pics selon l'actu. Soit 10.000 visiteurs uniques /mois

Les articles les plus lus en 2016 :

1 : Trets, les Féraud, et la secte Soka Gakka

 2 : André-Pierre Gignac, carton rouge pour une poussette

Commentaires les plus lus en 2016 :

1 : Trets, les Féraud, et la secte Soka Gakkaï

2 : Sophie de Menton, Franck Tanguy, les affreux 'GG' de RMC  !
 

 

Messages permanents

identifiant du blog : Hélène Pastore. Ne pas confondre avec Hélène Pastor assassinée à Monaco...

Le modérateur est mis ou retiré selon la teneur des articles. Ceux qui seraient dégradants, insultants sont immédiatement retirés ou non publiés. Par temps de pause du blog les commentaires ne sont pas activés.

- Petit marché minable, au sujet du pillage par le journal La Provence édition Pays d'Aix (Nicolas Rey rédacteur en chef) par Romain Capdepon de mon article exclusif sur André-Pierre Gignac  sans même me sourcer (qui a fait le tour  des médias européens en quelques heures jusqu'au plateau de Canal+ le soir même info relayée au nom du journal La Provence), le directeur de publication, Philippe Minard, a été contacté par lettre en AR mais n'a pas daigné me répondre... Je n'hésiterai pas à donner toutes suites prévues par la loi à la moindre récidive.- La Cour de cassation vient de défendre les droits de libertés de la presse aux blogs, mêmes anonymes, Article sur le site RUE 89.

- Messages de remerciements : Je remercie chaleureusement tous ceux qui m'ont soutenue pour la tempête provoquée par l'article 'Trets, les Féraud, et la secte Soka Gakkai" , mails et commentaires sur ce blog (je n'autorise plus les nouveaux commentaires sur cet article, agréables ou insultants). Merci entre autres aux big boss nationaux Jacques Rosselin  Alexandre Piquart (Le Monde). Pour info, Jean-Claude FERAUD, UMP, toujours maire de Trets, n'a jamais été inquiété ni même interrogé par la presse locale bien trop peureuse de s'attaquer à la Soka Gakkai. L'article est un des plus lus quotidiennement dans le blog.

Je remercie infiniment mon avocat et ami Maître Benoît Petit pour son total investissement et son engagement sans faille dans mon assignation intentée par la Soka Gakkaï en 2010. En effet, la SG se portait partie civile en portant plainte pour diffamation pour mon article Trets, les Feraud, et la secte Soka Gakkaï  - Détail :

- Procès du 15.02 2013 au TGI de Paris (17eme chambre), décision du 29.03.2013, je suis relaxée  
- Appel de la SG : audience le 29.01.2014. Le 27.03. 2014 la Cour d'appel de Paris confirme la 1ere décision
- Pourvoi en cassation de la SG le 28 mars 2014


Le 19.12.2014 / ORDONNANCE DU PARQUET DE LA COUR D'APPEL, 34 RUE DES ORFEVRES, 75055 Paris :

-l'Association culturelle Soka Gakkaï et l'Association culturelle du bouddhisme de Nichiren, parties civiles, se désistent du pourvoi par elles formé le 28 mars 2014 contre un arrêt de la Cour d'appel de Paris, chambre 2-7, en date du 27 mars 2014 contre Mme HELENE PASTORE du chef de diffamation publique envers un particulier-  Procès gagné ! Mon article est donc protégé par un jugement de justice de mon pays. 

Je remercie Marianne de m'avoir publiée ainsi qu'à l'équipe de Jacques Rosselin pour avoir sélectionné mon blog parmi les 100 meilleurs blogs féminins de France

 

7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 22:58

Jean-Noël Guérini est un homme ponctuel. A 16h tapantes au clocher de la Bonne mère, il entrait dans l'hôtel Radisson, quai de Rive-neuve, pour sa conférence de presse sur l'évolution de sa procédure judiciaire. Attendu dans l'entrée par une mini-meute de journalistes locaux et correspondants nationaux, il est monté à l'étage accompagné d'un de ses avocats, le bâtonnier Dominique Mattei. Arrivés à l'avance, dans la salle, quelques fidèles conseillers généraux, pas vraiment nombreux et bien silencieux pendant toute la conférence, Denis Rossi, Rebia Benarioua, Daniel Conte, René Olmetta. Pas plus de cinq ou six personnes attendaient le grand méchant loup aux incisives non limées. Ils tiraient tous des têtes de croque-morts.

 Après quelques bises bien corses, Jean-Noël Guérini a ôté son manteau noir en cashmere et s'est assis à côté de son avocat.
"Mesdames et messieurs les journalistes, je vous remercie d'être venus nombreux à cette conférence de presse qui s'impose à la suite d'une succession d'évènements qui ne manquent pas d'être inquiétants pour notre Justice et plus généralement pour notre Démocratie", 'justice' et 'démocratie' en majuscules dans le texte distribué avec une grosse police pour tous les journalistes presbytes.

 Il a dénoncé le "pouvoir politique démocratique qui est sanctionné par les urnes régulièrement". Il est vrai que les urnes, ça le connaît. On se souvient de celles d'Allauch bourrées pour Martine Aubry de quelque 120 bulletins supplémentaires pour son élection à la tête du PS éjectant Ségolène Royal au profit de la fille Delors. 
Evidemment, plus tard, il eut droit à la question sur Aubry et son manque de soutien dans cette instruction, campagne Hollande oblige. "Elle a été prise à froid ! Elle a fait ces déclarations sans connaître le fond du dossier !" D'accord.

 Il a dénoncé le "pouvoir judiciaire (…) qui nuit à l'image de la Justice et souvent la discrédite aux yeux du citoyen". Dans un pays de plus en plus corrompu, il en sait quelque chose. Quant au simple citoyen, ça fait bien longtemps qu'il ne fait plus partie de cette caste-là.

Il a dénoncé le "pouvoir des médias (…) qui se laissent contaminer et polluer par la rumeur et s'abandonne à des analyses hâtives ou des interprétations incertaines". Qui va croire que les médias se font influencer par la rumeur ? Et qui les lancent ? Grotesque ! Seuls les tirages comptent. Localement, Marsactu et le Ravi sont les seuls qui font encore du journalisme d'investigation. Mais, bon, revenons à notre mouton.

Jean-Noël Guérini a donc fait une requête en dessaisissement de la juridiction de Marseille tant les fuites des "secrets de l'enquête et de l'information et recel de l'instruction suite à la publication d'extraits de procès verbaux dans un quotidien national" étaient importantes. Complot politique ? Il veut connaître la vérité qui est à la source de cette injuste et terrible procédure. Injuste, je ne sais pas, terrible, ça ne doit pas être facile tous les jours pour lui. 

Posé devant lui, Le Canard enchaîné, et, le brandissant, "c'est pas Le Figaro qui va faire des déclarations ! Et puis, le Canard est moins bien renseigné que l'AFP ! Vous trouvez pas ça bizarre vous ?" 
Il a cité plusieurs fois le journal La Provence, lequel annonçait son audition prévue pour le 13 février 2012 alors qu'il n'avait pas encore reçu sa convocation, lui, en vacances au Maroc. Le journal annonçait même l'objet de l'interrogatoire.
"Comment des journalistes peuvent connaître la date mais surtout les "axes" d'un interrogatoire dont seul le juge d'instruction devrait en avoir connaissance ?".
Moi, je ne vois pas du tout. C'est impossible puisque la justice française n'est pas corrompue, puisque la presse française respecte la présomption d'innocence qui s'applique à tous, que l'on s'appelle Jean-Noël Guérini ou Paul Jambon.

Il a aussi évoqué, la voix mi-figue mi-raisin, la requête en nullité de la mise en examen du 8 septembre 2011, des faits qui lui sont reprochés et, levant la tête devant les journalistes présents, "un petit nombre d'entre vous, bien informés, les évoquent avant même que moi-même je ne les connaisse !"
Il s'est aussi défendu au sujet de la main levée de l'immunité parlementaire, "le juge d'instruction l'a rédigée et adressée au Sénat sur un quiproquo et une mauvaise analyse de mes intentions et de mes protestations". 

Explication de Jean-Noël Guérini. En fait, le juge a été irrité qu'il quitte son cabinet le 15 février 2012 en s'insurgeant contre les axes de son audition qui s'étalaient dans la presse avant même qu'il ne pénètre dans le cabinet ! Et le juge, stupide, a cru que JNG se défilait alors qu'il avait été présent aux trois précédentes auditions ! Quel nul ce juge ! 
Mais, le juge a bon cœur et a reconnu sa bêtise. Il "reconnaît qu'il n'envisage pas et n'a jamais envisagé de prendre, à mon encontre, des mesures coercitives (pas facile à prononcer pour lui ce mot-là) tel un contrôle judiciaire. Cette demande de main levée d'immunité parlementaire' devient "de facto" sans objet (…). Le juge compréhensif en a convenu puisqu'il "a compris, retenu ou observé (…) que je me rendrai toujours aux convocations que la Justice m'adresse".

Et puis les attaques sur Renaud Muselier et son ami avocat machiavélique qui "a ses entrées au palais", qui s'occupe d'une demande très importante d'un job pour le neveu du fameux gendarme qui a enquêté sur son affaire, demande qui "doit" arriver direct sur le bureau du ministre de l'Education, Luc Chatel ! Il est bien au courant lui aussi Jean-Noël Guérini de ce qui se passe au palais, non ? quel nid de crabes !

Après avoir plaint l'épouse de Muselier, soudain, la voix cassée par l'émotion, "Je pense beaucoup à elle, ça doit être très dur pour elle" et répété aux journalistes, micros tendus, "Vous savez ce que je subis depuis deux ans et demi ! Moi, je ne le souhaite à personne ce que j'ai vécu ! (…) c'est pas seulement pour mon honneur c'est aussi pour l'honneur de mon épouse, l'honneur de ma fille, du nom que je porte parfois qui est difficile à porter qui a été bafoué, qui a été mis à terre, je veux me battre surtout pour connaitre la vérité (…). Les quatre dernières minutes de conclusion pathétiques arrivent. 
Il paraissait touché. La voix s'est faite bien plus douce, presque un murmure. Plus de texte à lire. Beaucoup moins combatif, il regardait les journalistes soudain aux aguets. Il peut craquer. Le scoop. Silence total. Mêmes les mouches restaient en stationnaire. 

"Vous m'avez fait passer pour un voyou, un voleur, un bandit, un type qui avait aucune mentalité, des horreurs, je veux démontrer que je ne suis pas l'homme que certains médias ont voulu me faire passer, un bandit, un voyou, je suis un homme qui a reçu une éducation dure de ses parents, issu d'une famille très modeste et tout ce que j'ai appris en matière d'éducation je le dois à mes parents, pour mes parents qui m'ont tout donné, m'ont tout apporté et très pauvres, mais je vais me battre, je vais me battre parce que deux ans et demi d'horreur que j'ai vécues, j'en ai pris des coups, c'est la première fois que je m'exprime devant vous en toute liberté, je dis bien en toute liberté sur l'affaire, et, croyez-moi, il n'y aura pas une minute où je ne me battrai pas tant qu'on ne me dira pas toute la vérité, je dis bien toute la vérité, et ce qui est grave, c'est que nos institutions, l'institution judiciaire marseillaise est bafouée, remise en cause, on dépose les dossiers contre moi, contre ma femme, (…) comment avoir confiance à la lecture de tous ces articles à ces enquêteurs, à ce gendarme. Moi je souhaite que la justice aille jusqu'au bout mais je veux une justice sereine, responsable, une justice pas du tout manipulée, des enquêteurs responsables ni manipulés ni manipulables, (…) donc aujourd'hui je demande des comptes au ministre de l'Intérieur, au directeur général de la gendarmerie nationale, au général Mondoulet !, aussi. Qui est ce gendarme ? dont M. Muselier est intervenu pour son neveu pour un emploi au ministre Chatel, c'est tout ! Moi je veux savoir la vérité et c'est pour ça que mes avocats ont pris ce dossier à bras le corps et que nous demandons le dessaisissement et c'est un combat de tous les jours que nous avons mené, on n'a pas été capable de m'abattre politiquement par le suffrage universel donc il fallait trouver contre Jean-Noël Guérini des tas de choses, et bien, je suis pas plus que vous, je suis justifiable comme tout citoyen mais je veux qu'on aille jusqu'au bout de la vérité ! Je vous remercie."

Et cette phrase lancée, bon petit scud bien vicieux à tous les rats d'élus qui l'ont abandonné au Bateau bleu : "Vous savez, j''ai plein de projets ! Le Conseil général a un budget de deux milliards 400 millions d'euros à voter ! A mon avis, il n'y aura pas beaucoup d'élus qui ne voteront pas pour lui ...".

 car-JNG.JPG

                  Arrivée de Jean-Noël Guérini, hôtel Radisson, quai de Rive-Neuve à Marseille


 arrivee-JNG.JPG

                              Jean-Noël Guérini  face à la presse dans le hall d'entrée.


jNG1.JPG

                                            Jean-Noël Guérini et le bâtonnier Dominique Mattei


photos et vidéo Cixi-Hélène

- Communiqué de presse   - Conférence de presse    - article Marsactu

                                       Suivez-moi sur Twitter ! @Cixi_Helene

Partager cet article

Repost 0

commentaires

roc 10/03/2012 13:56


j'ai lu le texte, pas un mot sur son frère 


il a bien retenu les leçons de ses avocats


allez, salut !


 

Cixi-Hélène 10/03/2012 19:53



Salut !



J-M-13001 10/03/2012 10:31


tout ce cinéma me fait bien rigoler! JNG est dans une operation de seduction digne d'un grand polichinelle et il y a des imbécoiles pour tomber dans ce piège classique!!!!!!!!!!!!

Line 10/03/2012 09:45


réponse à Casta


d'abord TOUS LES MAGISTRATS NE SONT PAS COROMPUS et puis je pense que la presse politique fait du people et se comporte comme DES PAPARAZIS 

Casta 09/03/2012 16:22


Line, vous ne pensez pas que la presse fait son boulot et avec ses investigations qu'elle outrepasse peut- être, elle va plus vite que ces magistrats corrompus!

A.Line 09/03/2012 12:47


dans votre video on voit bien l'intimité avec les journalistes car il semble tous les connaitres 


c'est incroyable de devoir " faire avec " alors que ces memes journalistes vont dire n'importe quoi sur lui


on dirait vraiment des charognards la célébrité quelle quelle soit c'est terrible

Joss 09/03/2012 11:30


une chose est sure


JNG ne POUVAIT PAS CONNAITRE LES AGISSEMENTS DE SON FRERE, IMPOSSIBLE !!!!:

romain 09/03/2012 10:55


oui je suis bien d'accord avec Loïc, il faut être vigilant et ne pas tomber dans l'acharnement gratuit ok on veut qu'il parte mais lachons le ça doit pas être facile pour lui non plus

Loïc 09/03/2012 07:37


vous avez tenu compte de son trouble et de la difficulté pour Jean-Noel Guérini de vivre cette procédure et c'est la seule fois que je le lis! les journalistes ne font aucun cadeau, peu importe
pour eux le chaos familial et personnel, il faut cogner aveuglément; cela vous honore

Cixi-Hélène 09/03/2012 08:30



Ca tombe sous le sens pourtant...



Pierre 08/03/2012 21:31


qui vous dit MichelT que le juge Duchaine ne continue pas ses investigations ? 


vous n'allez pas croire les extrapolations de Guérini ? 


a priori le juge doit travailler sur le dossier ce n'est pas parce que JNG n'a pas de nouvelles du juge qu'il ne progresse pas dans l'enquête!

michelT 08/03/2012 20:04


la fixette de JN guérini sur ce gendarme, mais qui est ce gendarme ??? répètet- il sans arret, sert à détourner le fond de cette affaire scandaleuse. 


ce que je ne comprends pas, et s'il dit la vérité 


c'est pourquoi le juge duchaine ne continue pas ses investigations..........

post-it 08/03/2012 19:45


j'aime bien votre style et votre moulinette grinçante 


j'ai lu le texte mais je n'ai pas tout compris sur cette fixette de ce fameux gendarme ! pourquoi ? je ne voit pas l'interet de JNG de savoir à tout prix qui c'est !


 

leroilyre 08/03/2012 19:07


NOUS AUSSI ON VEUT LA VERITE !!!!

Lola 08/03/2012 16:39


il est vrai que tout n'est pas limpide dans cette affaire et QUE jNG N'EST PAS RESPONSABLE des fautes de son frère, mais la justice tranchera

Cixi-Hélène 08/03/2012 16:42



comme vous dites, "la justice tranchera"...



Loïc 08/03/2012 14:05


une autre analyse que les autres medias, interessant grinçant et original, merci !