Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog D’Opinion D’ Hélène Pastore, Politique, Culture, Sur Tous Les Fronts...

  • : CIXI-HELENE
  • CIXI-HELENE
  • : Site d’Hélène Pastore, en pause mais pas arrêté ;))
  • Contact

Texte Libre

BONNE  ANNÉE  2017 !! ;)))

Suivez-moi sur Twitter : @Cixi_Helene (renvoi sur FB)

une-charliehebdo-14.jpg

        Charlie 7 janvier 2015 

         Soutien indéfectible 

Agenda culturel local

Programmations actuelles

---lA CRIEEéjpgThéâtre de La Criée 

 

----theatre-du-gymnase-1368539733-28130Les Théâtres de Dominique Bluzet

 

-----silojpg-copie-1.jpgLe Silo 

     

-----pav-noir.jpgPavillon Noir 

Stats du blog

Malgré sa longue pause, le blog a quand même en moyenne + de 300 visites/j avec des pics selon l'actu. Soit 10.000 visiteurs uniques /mois

Les articles les plus lus en 2016 :

1 : Trets, les Féraud, et la secte Soka Gakka

 2 : André-Pierre Gignac, carton rouge pour une poussette

Commentaires les plus lus en 2016 :

1 : Trets, les Féraud, et la secte Soka Gakkaï

2 : Sophie de Menton, Franck Tanguy, les affreux 'GG' de RMC  !
 

 

Messages permanents

identifiant du blog : Hélène Pastore. Ne pas confondre avec Hélène Pastor assassinée à Monaco...

Le modérateur est mis ou retiré selon la teneur des articles. Ceux qui seraient dégradants, insultants sont immédiatement retirés ou non publiés. Par temps de pause du blog les commentaires ne sont pas activés.

- Petit marché minable, au sujet du pillage par le journal La Provence édition Pays d'Aix (Nicolas Rey rédacteur en chef) par Romain Capdepon de mon article exclusif sur André-Pierre Gignac  sans même me sourcer (qui a fait le tour  des médias européens en quelques heures jusqu'au plateau de Canal+ le soir même info relayée au nom du journal La Provence), le directeur de publication, Philippe Minard, a été contacté par lettre en AR mais n'a pas daigné me répondre... Je n'hésiterai pas à donner toutes suites prévues par la loi à la moindre récidive.- La Cour de cassation vient de défendre les droits de libertés de la presse aux blogs, mêmes anonymes, Article sur le site RUE 89.

- Messages de remerciements : Je remercie chaleureusement tous ceux qui m'ont soutenue pour la tempête provoquée par l'article 'Trets, les Féraud, et la secte Soka Gakkai" , mails et commentaires sur ce blog (je n'autorise plus les nouveaux commentaires sur cet article, agréables ou insultants). Merci entre autres aux big boss nationaux Jacques Rosselin  Alexandre Piquart (Le Monde). Pour info, Jean-Claude FERAUD, UMP, toujours maire de Trets, n'a jamais été inquiété ni même interrogé par la presse locale bien trop peureuse de s'attaquer à la Soka Gakkai. L'article est un des plus lus quotidiennement dans le blog.

Je remercie infiniment mon avocat et ami Maître Benoît Petit pour son total investissement et son engagement sans faille dans mon assignation intentée par la Soka Gakkaï en 2010. En effet, la SG se portait partie civile en portant plainte pour diffamation pour mon article Trets, les Feraud, et la secte Soka Gakkaï  - Détail :

- Procès du 15.02 2013 au TGI de Paris (17eme chambre), décision du 29.03.2013, je suis relaxée  
- Appel de la SG : audience le 29.01.2014. Le 27.03. 2014 la Cour d'appel de Paris confirme la 1ere décision
- Pourvoi en cassation de la SG le 28 mars 2014


Le 19.12.2014 / ORDONNANCE DU PARQUET DE LA COUR D'APPEL, 34 RUE DES ORFEVRES, 75055 Paris :

-l'Association culturelle Soka Gakkaï et l'Association culturelle du bouddhisme de Nichiren, parties civiles, se désistent du pourvoi par elles formé le 28 mars 2014 contre un arrêt de la Cour d'appel de Paris, chambre 2-7, en date du 27 mars 2014 contre Mme HELENE PASTORE du chef de diffamation publique envers un particulier-  Procès gagné ! Mon article est donc protégé par un jugement de justice de mon pays. 

Je remercie Marianne de m'avoir publiée ainsi qu'à l'équipe de Jacques Rosselin pour avoir sélectionné mon blog parmi les 100 meilleurs blogs féminins de France

 

17 septembre 2012 1 17 /09 /septembre /2012 01:38

Il y a une semaine, jour pour jour, je retrouvais le Sud et Aix-en-Provence munie d'une invitation pour l'inauguration du site Mémorial du Camp des Milles, seul camp d'internement et de déportation encore intact qui subsiste en France. Difficile d'ignorer cet événement annoncé par une grande partie des médias nationaux à la grande surprise de beaucoup de Français qui ne connaissaient pas l'existence de ce camp dont il faut rappeler que ce fut une gigantesque tuilerie centenaire s'étalant sur sept hectares.

Bizarrement, la presse nationale et locale a situé le village des Milles "près d'Aix", "à côté d'Aix", "proche d'Aix", "au Sud d'Aix", comme si le camp tragique ne faisait pas partie de la commune d'Aix-en-Provence. Mais Aix ou Les Milles, c'est la même chose ! D'ailleurs le cimetière du village est l'extension logique de celui du centre ville d'Aix, Saint-Pierre, qui est depuis longtemps saturé. Bon nombre de familles aixoises y reposent. 

Les Milles sont rattachés à Aix depuis 1903 ! Et sa mairie est devenue la première mairie annexe de la ville. Etrange n'est-ce pas cet oubli d'Aix pour "son camp". Il est plus flatteur de présenter pour le tourisme Aix comme étant rattachée à son festival d'art lyrique, perpétuelle ode à Mozart, que de l'associer à un camp d'internement et de déportation. Mais bon…

Ce lundi 10 septembre, sous une chaleur écrasante, je faisais la queue au beau milieu des G3, c'est-à-dire les invités de troisième catégorie. Après les contrôles classiques, (pièce d'identité, carton d'invitation et confirmation préalable obligatoire) pas de passage sous des détecteurs malgré le service de sécurité de Matignon soi-disant en alerte rouge (veille du 11 septembre, possibilités d'attentats antisémites) et une impressionnante présence policière liée à la venue du premier ministre, Jean-Marc Ayrault.

L'organisation du site avait sous-estimé la température quasi caniculaire de cette journée. Des barrières séparaient les G1, G2 des G3. G1 Matignon, ambassadeurs, G2 officiels locaux, G3 invités. Devant l'imposante bâtisse, une petite estrade surplombée d'une bâche blanche attendait les intervenants mais rien pour protéger de la chaleur les cervelles forcément sublimes des officiels. Des parapluies de pluie noirs leur furent finalement distribués. Mais rien pour tous les G3, dont beaucoup de personnes âgées, qui se précipitaient sur les bouteilles d'eau passant devant elles mais destinées aux officiels. Pour les G3, seulement deux tentes. L'une avec quelques chaises prises d'assaut et l'autre où on servait à boire. Les gens s'asseyaient un peu n'importe où pour y trouver de l'ombre en attendant l'heure du début de la cérémonie. Atmosphère digne et tenues en rapport. Pas vraiment de couleurs susceptibles de venir égayer un œil résolument sombre et pour cause…

Les G2 arrivaient petit à petit. Christian Kert, Maryse Joissains étonnamment en bémol mais qui avait dû être briefée, Alexandre Medvedowsky, prochain candidat à l'investiture primaire PS à la mairie d'Aix, accompagné de son père, mémoire vivante de Schléma Medvedowsky, immigré russe, mobilisé comme Médecin lieutenant, résistant, fusillé par la milice de Vichy, qui reçut la médaille militaire de la Résistance et la Croix de guerre avec palmes à titre posthume. Respect.

Eugène Caselli et Jean-Noël Guérini, notre toujours président du CG, ont fait un duo attendrissant. Ils ne se quittaient pas. Debout, comme assis. Toujours à côté l'un de l'autre. Touchant. Car Jean-Noël Guérini faisait un retour officiel pseudo-triomphant mais certainement éphémère. Beaucoup d'arrogance dans son regard devant les officiels locaux PS qui l'ont donné pour mort. Normal. Mais la meute c'est la meute. Il lui faut être prudente pour exister. Pour l'instant, mieux vaut écarter celui qui les discrédite et qui a un passé un peu trop marqué avec Martine Aubry. Cerise sur le gâteau de JNG, le premier ministre dans son discours le remerciera, le citant, évidemment sans l'ombre d'un battement de cil trahissant sa mise en examen sur des marchés publics présumés frauduleux. Cool Jean-Marc Ayrault. Il est vrai que le CG de JNG a quand même contribué à quelque 500.000€ pour la rénovation du site qui aurait dû être détruit en 1983. 

Patrick Mennucci (avait-il sa veste doublée de satin rouge ?) n'en pouvait plus devant ce parterre ministériel. Pas simple d'acquérir une élégance de style quand on n'a pas les bases essentielles. Quel travail en perspective pour briguer correctement Marseille en 2014. Surprise ! Stéphane Salord était présent mais pas avec les G2. Il était parqué avec les G3 au-delà de la barrière séparatrice des élus. En jean un peu crade et pas vraiment top (pas simple la dégringolade politique), j'ai failli verser ma petite larme.

Et puis, au-delà de ces contingences vulgaires, Alain Chouraqui, Président de la fondation, magnifique de ténacité, en présence de son père Sidney, celui par qui tout est arrivé, celui par qui tout restera. Son discours d'une vingtaine de minutes digne, poignant, a figé tout le monde, le temps compris. 

 Pasteur Henri Manen, Aumônier du Camp- "Juste parmi les Nations", devant le convoi du 2 septembre 1942 :

 "Ce qui était particulièrement douloureux à voir c'était le spectacle des petits enfants. Car des ordres stricts furent donnés en dernière heure tels qu'au-dessus de 2 ans, tous devaient obligatoirement partir avec leurs parents… des enfants tout petits, trébuchant de fatigue dans la nuit et dans le froid, pleurant de faim… de pauvres petits bonshommes de 5 ou 6 ans essayant de porter vaillamment un baluchon à leur taille puis tombant de sommeil et roulant par terre, eux et leurs paquets, tout grelottants sous la rosée de la nuit. De jeunes pères et mères pleurant silencieusement et longuement dans la consternation de leur impuissance devant la souffrance de leurs enfants. Puis l'ordre fut donné pour quitter la cour et partir au train." 

 

                                                   - Discours d'Alain Chouraqui

                                                   - Discours  de Jean-Marc Ayrault

 

IMG_20120910_141259.jpg

                                                            Le devant du site avant l'entrée des invités


IMG_20120910_141430.jpg

                                         Les "G3" devant l'entrée sous un soleil de plomb


.IMG_20120910_150726--1-.jpg

                                                     Les salutaires parapluies noirs

 

IMG_20120910_143938--1-.jpg

                                                                                Rush sur un peu d'ombre...


IMG_20120910_150815.jpg

                                       Avec les G3, Stéphane Salord, au top, en jean

 

IMG_20120910_153139.jpg

                                                                 La Salle des Peintures

                                                                    Photos Cixi-Hélène

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Nicole CHEVERNEY 21/09/2012 21:16


Bnsoir Cixi-Hélène,


Vous venez par cet article bienvenu de rappeler qu'il y a 70 ans, se déroulaient sous nos yeux et nos consciences, des évènements dramatiques, dont la portée universelle, historique et symbolique
ne doit jamais cesser de nous interroger et de faire notre examen de conscience collectif. La barbarie n'est jamais très loin de nous, ni l'arbitraire, ni l'injustice, ni l'horreur indicible de
la force brute et aveugle sur l'innocence.


Je suis chrétienne, mais une partie de ma famille est juive. Je voudrais à travers ce témoignage, faire passer comme message que nous puissions prendre conscience que chacun de nos actes, de nos
choix, de nos refus des valeurs fondamentales humanistes, peuvent mener imanquablement à des tragédies telles que celles qui se sont déroulées pendant près de cinq années, en Europe, lors que
l'aveuglement fanatique tenait lieu de raison.


Il y a quelques années, j'ai visité le sinistre, les plus sinistre dirais-je des camps de concentration situé en Alsace, le camp de Struthof, un des plus meurtriers. J'en avais été épouvanté. Car
il y avait un tel contraste entre ces restes d'installations pour le meurtre de masse, et la nature assez riante autour. Cela m'avait hanté pendant des mois.


Le camps des Milles, j'en ai découvert l'existence il y a une dizaine d'années, c'est un ami juif et cher à mon coeur qui m'en a parlé pour la première fois. Avec beaucoup de pudeur et d'émotion.
Ses grands-parents juifs (provençaux depuis des générations), furent raflés par la police de Vichy, internés dans le Camps des Milles, puis déportés dans les camps de la mort d'Auchwitz.


Ce témoignage poignant d'un petit-fils de déporté, m'avait ouvert non seulement le coeur, mais aussi les yeux !


Car des massacres de masses, il y en a toujours eu, l'histoire de l'humanité en est jalonnée (depuis la nuit des temps hélas ! ). Mais ce qui aura rendu la Shoa si particulière et unique dans sa
projection et sa portée criminelles, c'est la froideur scientifique, la méthodicité employées par les NAZIS, pour éradiquer tout un peuple !


Il y a quelques années, un livre extraordinaire est paru, écrit par Rita Thalmann, intitulé : "La mise au pas, idéologie et stratégie sécuritaire, dans la France occupée", éditions Fayard, 1991.


Et là, on découvre effaré, épouvanté, écoeuré disons-le ce que le régime de collaboration de Vichy avait mis en place : le dressage de milliers de listes de familles juives, ou mixtes, qui se
retrouvèrent humiliées, chassées de leur pays, arrêtées, déportées, nous découvrons des listes d'épuration de fonctionnaires ou du monde de l'art, du cinéma, de la littérature, des arts
plastiques, du monde de la musique, etc... Des familles détruites par une police tatillonne, et une milice fanatique, cruelle et sans pitié.


Les victimes, elles, se taisent, subissent, et meurent...


Je formule donc, un voeu, un seul, que notre histoire contemporaine, ne soit souillée à nouveau par ce genre de tragédie humaine.


Shalom.


Nicole CHEVERNEY


Ecrivain, conférencière


Fille d'engagé volontaire 1942-1945

Cixi-Hélène 22/09/2012 18:56



Merci pour votre témoignage 



Marie 20/09/2012 12:46


merci pour ce point de vue différent mais pourquoi ne pas avoir décrit la cérémonie ?

Cixi-Hélène 20/09/2012 12:54



En effet. Tout simplement parce que, malheureusement et pour des raisons personnelles, je n'ai pas pû rester jusqu'au bout. Par honnêteté, j'ai traité
que ce que j'ai vu sans m'appuyer sur ce que j'ai lu le lendemain dans la presse. J'ai aussi choisi délibérément de ne pas mettre les photos des politiques que j'avais prises.



m.Milano 20/09/2012 11:39


vous avez soulevé un interessant problème d'identité d'Aix.


j'ai eu des parents qui ont travaillé dans cette tuilerie et qui ont toujours considéré qu'Aix n'avait jamais rien fait pour eux et les mettait de côté comme s'ils sentaient mauvais en tant
qu'ouvriers.


Aix est aussi une ville ouvrière quoi qu'elle veuille faire retentir autre chose


cdt

Annie 19/09/2012 10:00


Quelques commentaires supplémentaires du site. Merci. Bien à vous.


 


« Après la pénible, piteuse et pitoyable défaite de 1940, il m'était insupportable de voir la France occupée. Il m'était
insupportable de voir les nazis, qui étaient à la fois racistes, xénophobes, antisémites et contre les handicapés. Et par conséquent il m'est vite devenu insupportable de rester les bras
croisés.


C'est dans ces conditions que j'ai décidé de m'engager dans les Forces Françaises Libres du Général de Gaulle et j'ai débarqué en
Normandie. » 


Sidney Chouraqui
Combattant volontaire de la Résistance
Co-Président de l'Association du Wagon-Souvenir et du Site-Mémorial des Milles


 


 « Il faut que les gens soient conscients du comportement qu'ils doivent avoir pour éviter que cela ne se reproduise. C'est le but
que je m'étais fixé au départ avec la petite association qu'on a mise sur pied. 


Lt Colonel Louis Monguilan
Résistant déporté à Mauthausen
Co-Président de l'Association du Wagon-Souvenir et du Site-Mémorial des Milles


 


 « Puisse le Mémorial des Milles en Provence pour lequel nous nous sommes investis depuis des années, apporter à ceux qui le
visiteront toute la dimension pédagogique recherchée pour faire barrage à la haine !Puisse le flambeau de la Mémoire collective, que nous vous transmettons avant d'arriver au bout de notre voyage, vous protéger à tout jamais d'un nouvel
AUSCHWITZ ! 
Denise Toros-Marter
Déportée à 16 ans
Présidente de l'Amicale des Déportés d'Auschwitz Marseille-Provence,
Co-présidente de l'Association du Wagon-Souvenir et du Site-Mémorial des Milles

djanonymal 18/09/2012 09:00


Inauguration du Site Mémorial du Camp des Milles


"Si l'écho de leurs voix faiblit, nous périrons"
                                                                           
Paul Eluard.