Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog D’Opinion D’ Hélène Pastore, Politique, Culture, Sur Tous Les Fronts...

  • : CIXI-HELENE
  • CIXI-HELENE
  • : Site d’Hélène Pastore, en pause mais pas arrêté ;))
  • Contact

Texte Libre

BONNE  ANNÉE  2017 !! ;)))

Suivez-moi sur Twitter : @Cixi_Helene (renvoi sur FB)

une-charliehebdo-14.jpg

        Charlie 7 janvier 2015 

         Soutien indéfectible 

Agenda culturel local

Programmations actuelles

---lA CRIEEéjpgThéâtre de La Criée 

 

----theatre-du-gymnase-1368539733-28130Les Théâtres de Dominique Bluzet

 

-----silojpg-copie-1.jpgLe Silo 

     

-----pav-noir.jpgPavillon Noir 

Stats du blog

Malgré sa longue pause, le blog a quand même en moyenne + de 300 visites/j avec des pics selon l'actu. Soit 10.000 visiteurs uniques /mois

Les articles les plus lus en 2016 :

1 : Trets, les Féraud, et la secte Soka Gakka

 2 : André-Pierre Gignac, carton rouge pour une poussette

Commentaires les plus lus en 2016 :

1 : Trets, les Féraud, et la secte Soka Gakkaï

2 : Sophie de Menton, Franck Tanguy, les affreux 'GG' de RMC  !
 

 

Messages permanents

identifiant du blog : Hélène Pastore. Ne pas confondre avec Hélène Pastor assassinée à Monaco...

Le modérateur est mis ou retiré selon la teneur des articles. Ceux qui seraient dégradants, insultants sont immédiatement retirés ou non publiés. Par temps de pause du blog les commentaires ne sont pas activés.

- Petit marché minable, au sujet du pillage par le journal La Provence édition Pays d'Aix (Nicolas Rey rédacteur en chef) par Romain Capdepon de mon article exclusif sur André-Pierre Gignac  sans même me sourcer (qui a fait le tour  des médias européens en quelques heures jusqu'au plateau de Canal+ le soir même info relayée au nom du journal La Provence), le directeur de publication, Philippe Minard, a été contacté par lettre en AR mais n'a pas daigné me répondre... Je n'hésiterai pas à donner toutes suites prévues par la loi à la moindre récidive.- La Cour de cassation vient de défendre les droits de libertés de la presse aux blogs, mêmes anonymes, Article sur le site RUE 89.

- Messages de remerciements : Je remercie chaleureusement tous ceux qui m'ont soutenue pour la tempête provoquée par l'article 'Trets, les Féraud, et la secte Soka Gakkai" , mails et commentaires sur ce blog (je n'autorise plus les nouveaux commentaires sur cet article, agréables ou insultants). Merci entre autres aux big boss nationaux Jacques Rosselin  Alexandre Piquart (Le Monde). Pour info, Jean-Claude FERAUD, UMP, toujours maire de Trets, n'a jamais été inquiété ni même interrogé par la presse locale bien trop peureuse de s'attaquer à la Soka Gakkai. L'article est un des plus lus quotidiennement dans le blog.

Je remercie infiniment mon avocat et ami Maître Benoît Petit pour son total investissement et son engagement sans faille dans mon assignation intentée par la Soka Gakkaï en 2010. En effet, la SG se portait partie civile en portant plainte pour diffamation pour mon article Trets, les Feraud, et la secte Soka Gakkaï  - Détail :

- Procès du 15.02 2013 au TGI de Paris (17eme chambre), décision du 29.03.2013, je suis relaxée  
- Appel de la SG : audience le 29.01.2014. Le 27.03. 2014 la Cour d'appel de Paris confirme la 1ere décision
- Pourvoi en cassation de la SG le 28 mars 2014


Le 19.12.2014 / ORDONNANCE DU PARQUET DE LA COUR D'APPEL, 34 RUE DES ORFEVRES, 75055 Paris :

-l'Association culturelle Soka Gakkaï et l'Association culturelle du bouddhisme de Nichiren, parties civiles, se désistent du pourvoi par elles formé le 28 mars 2014 contre un arrêt de la Cour d'appel de Paris, chambre 2-7, en date du 27 mars 2014 contre Mme HELENE PASTORE du chef de diffamation publique envers un particulier-  Procès gagné ! Mon article est donc protégé par un jugement de justice de mon pays. 

Je remercie Marianne de m'avoir publiée ainsi qu'à l'équipe de Jacques Rosselin pour avoir sélectionné mon blog parmi les 100 meilleurs blogs féminins de France

 

29 mai 2008 4 29 /05 /mai /2008 21:51

   

Noël Forgeard mis en examen pour délit d'initié

                                               Par Thierry Lévêque Reuters - Vendredi 30 mai, 07h10

 

PARIS (Reuters) - Noël Forgeard, ancien co-président du groupe EADS, a été mis en examen pour "délit d'initié" dans la nuit de jeudi à vendredi dans l'enquête sur les ventes massives de titres juste avant l'annonce des retards de production sur l'A380 en juin 2006, a annoncé son avocat Jean-Alain Michel.
C'est la première mise en examen d'un dossier qui concerne potentiellement, au total, 17 personnes physiques et deux sociétés Lagardère et DaimlerChrysler, soupçonnées officiellement dans un rapport de l'Autorité des marchés financiers (AMF), remis à la justice.
Après un jour et demi de garde à vue à la brigade financière et trois heures d'audition par les juges,
Noël Forgeard, 61 ans, a été laissé libre sous contrôle judiciaire, (ce matin) avec obligation de verser une caution dont Me Michel n'a pas souhaité préciser son montant. Le parquet réclamait un million d'euros. (C'est bien 1 million d'euros que N.Forgeard a versé).
L'ex-patron d'EADS est soupçonné d'avoir profité d'informations "privilégiées" sur les retards de production de l'avion géant A380 et sur le programme A350, pour vendre en novembre 2005, puis en mars 2006 ses stock-options de la société, ce qui lui a rapporté plus de quatre millions d'euros.
Les retards de production n'ont été annoncés officiellement que le 13 juin 2006, ce qui avait provoqué le lendemain une chute du titre EADS de 25% sur les marchés.
Noël Forgeard a nié tout délit devant les juges d'instruction Xavière Simeoni et Cécile Pendariès, qui lui ont notifié les charges, a rapporté son avocat. Le délit d'initié est passible de deux ans de prison et d'une amende pouvant aller jusqu'à dix fois le montant du produit du délit.
Après un long débat, les juges n'ont pas retenu contre lui l'autre incrimination de "diffusion d'informations fausses ou trompeuses aux marchés financiers", visée aussi dans l'enquête ouverte en novembre 2006 sur plainte de petits porteurs.

Ce grief concerne les informations optimistes diffusées aux actionnaires par la direction d'EADS avant l'annonce concernant l'A380.
Une intention de dissimulation est soupçonnée.
AUTRES PERSONNES CONVOQUÉES
Noël Forgeard est "très accablé" par sa mise en examen, a dit Me Michel. Il a mal vécu ces deux rudes journées, entrecoupées d'une nuit à l'hôpital due à un léger problème respiratoire et terminées par un transfert devant les juges à 22h00 dans un convoi de trois voitures de police.
"Lorsqu'on est M. Forgeard, qui a tout de même un passé industriel relativement exceptionnel, c'est très difficile de se retrouver en garde à vue, (...) mais il est courageux, a tenu le choc, a répondu aux questions et ça va. Il a le moral", a dit Me Michel. Il sera à nouveau interrogé, a-t-il précisé.
"Je suis convaincu que nous parviendrons à démontrer qu'en définitive, il n'a pas commis de délit d'initié. Nous avons de très bons éléments pour cela", a ajouté l'avocat.
Président d'Airbus de 1998 à 2005 puis co-président d'EADS de juin 2005 à juillet 2006, Forgeard a quitté la société avec une indemnité de huit millions d'euros qui a fait scandale et amené une enquête de police distincte, toujours en cours.
Il n'est de loin pas le seul visé par la justice. Certaines au moins des 17 personnes visées par l'AMF vont être convoquées par la police et les juges a confirmé Me Michel.
Noël Forgeard pense que "personne ni parmi les dirigeants, ni parmi les cadres, ni parmi les actionnaires, n'avait commis le moindre délit d'initié", a rapporté Me Michel.
Deux sociétés également concernées, Lagardère et DaimlerChrysler, principaux actionnaires privés d'EADS - qui ont cédé chacun 7,5% du capital du groupe le 4 avril 2006 - nient aussi tout délit d'initié.

Parmi les personnes ayant vendu des titres dans la période litigieuse et réalisé des gains de plusieurs millions d'euros, figurent notamment l'ancien co-président d'EADS Thomas Enders, devenu directeur d'Airbus,François Auque, directeur de la division spatiale du groupe EADS, Jean-Paul Gut, ex-directeur général délégué et Jussi Itavuori, directeur des ressources humaines.

                                                             ----------------------------------------------------


De Bertrand Langlois AFP,  hier jeudi 29 mai 2008
                              
Noël Forgeard le 28 mai 2008 à son arrivée à la Brigade financière à Paris :

L'ancien coprésident d'EADS, Noël Forgeard, a été placé mercredi en garde à vue à Paris dans le cadre de l'enquête sur des délits d'initiés présumés en 2005 et 2006, qui touche les plus hauts dirigeants du groupe européen d'aéronautique et de défense.
La garde à vue de M. Forgeard, 61 ans, peut durer jusqu'à 48 heures à l'issue desquelles il est susceptible d'être présenté aux juges d'instruction en vue d'une éventuelle inculpation.
Si M. Forgeard était inculpé, il serait alors le premier dirigeant mis en cause par la justice dans le cadre d'une enquête ouverte le 20 novembre 2006 contre X pour "délit d'initié, diffusion de fausses informations et recel sur le titre de la société", à la suite du dépôt de plaintes notamment d'une association de petits porteurs d'actions EADS, l'Appac.

Son ancien chef de cabinet, 51 ans, dont l'identité n'a pas été révélée et placé en garde à vue mardi, était également entendu mercredi mais ne devrait pas être présenté aux juges, a révélé une source proche du dossier. Il ne fait pas partie de la liste des 17 dirigeants d'Airbus et d'EADS

à qui l'Autorité des marchés financiers a envoyé des griefs pour avoir "manqué à une obligation d'abstention" en vendant leurs stock-options en novembre 2005 et en mars 2006 alors qu'ils détenaient, selon le gendarme de la Bourse, des informations privilégiées.
EADS et sa filiale Airbus ont refusé mercredi tout commentaire. Lundi le numéro un du groupe Rüdiger Grube avait affirmé qu'EADS devait se défendre "avec fermeté" des accusations de délits d'initiés, soulignant ne pas douter de "l'intégrité de l'équipe dirigeante".
Selon les plaignants, plusieurs hauts dirigeants et cadres d'EADS, dont M. Forgeard, auraient massivement vendu leurs actions EADS avant l'annonce de nouveaux retards du programme d'avion géant A380, qui avait fait plonger le titre en Bourse.
Plusieurs perquisitions ont été menées depuis 2006 dans le cadre de cette enquête.
M. Forgeard et 16 autres dirigeants du groupe ont été mis en cause par l'Autorité des marchés financiers (AMF, gendarme de la Bourse française) dans une enquête transmise à la justice française en avril qui fait état de "délit d'initiés massif".
Parmi eux figurent l'Allemand Thomas Enders, alors coprésident exécutif d'EADS et aujourd'hui patron d'Airbus, le Français Jean-Paul Gut, alors directeur général délégué d'EADS, ou encore l'Allemand Gustav Humbert, alors coprésident d'Airbus. Les groupes français Lagardère et allemand DaimlerChrysler, actionnaires d'EADS, sont également pointés du doigt.
Dans son rapport, transmis à la justice le 9 juin, le gendarme de la Bourse estime notamment que tous ces dirigeants étaient informés des perspectives financières pessimistes du groupe.
L'AMF affirme que M. Forgeard a cédé, le 17 novembre 2005 puis les 9 et 15 mars 2006, un total de 360.000 actions EADS, provenant de l'exercice de ses stocks-options, pour un montant de 4,3 millions d'euros.
Quelques mois plus tard, le 13 juin 2006, Airbus annonçait un retard de six à sept mois dans son calendrier de livraisons de l'A380, provoquant dès le lendemain une chute de plus de 28% du cours de l'action EADS. M. Forgeard a fermement nié pour sa part tout délit d'initié se voyant comme "un bouc émissaire commode".

Il avait dû démissionner en juillet 2006 sur fond de fortes tensions au sein de la direction franco-allemande et de difficultés financières du groupe.
La révélation dans la presse en 2007 d'une indemnité de départ de 8 millions d'euros qui lui avait été versée, avait été à l'origine d'une vive polémique.
Airbus, filiale d'EADS, se débat dans une crise sans précédent liée aux retards de production de son avion géant A380, qui accroît les tensions entre la France et l'Allemagne sur la répartition des pouvoirs au sein du groupe européen. 10.000 suppressions d'emploi sont prévues chez l'avionneur et ses sous-traitants.

Bertrand Langlois AFP ¦
Noël Forgeard le 28 mai 2008 à son arrivée à la Brigade financière à Paris

Partager cet article

Repost 0

commentaires

saint-ex 30/05/2008 21:48

il y en a quatre qui doivent se faire du mouron !!!!1- jussi itavuori2- françois Auque3- jean-paul Gutet thomas Endersles autres de la liste la bonne dizaine qui reste, seront moins médiatisés. C'est bien dommage

jean-yves Bianchi 30/05/2008 21:37

l'entreprise c'est EADS bien sûr...

jean-yves Bianchi 30/05/2008 21:25

Noel Forgeard fut nommé par Chirac  en 1996 pour les affaires industrielles. Ces dernières années à Airbus il est le principal responsable du retard de l'A380 tant sa gestion a été catastrophique !! Un Incapable à la tête d'une telle entreprise, et sans aucune éthique. Ce sont toujours les mêmes qui trinquent.. les petits actionnaires .... Ouste ! tout droit en prison !!!

13770 30/05/2008 07:27

Les dirigeants d'une société ne devraient pas avoir le droit de vendre (ni d'acheter) des actions pendant tout le temps qu'ils sont à la tête de l'entreprise... pendant l'année qui suit leur départ non plus.